Lire Régis Jauffret, c’est accepter la brutalité. Il a écrit sur l’affaire Stern, l’assassinat d’un banquier par sa maîtresse. Sur l’affaire Fritzl, cette jeune autrichienne séquestrée.

Ses livres n’ont rien d’aimable. Il n’est d’ailleurs pas aimé. Il a été poursuivi en justice, critiqué mais il continue à frapper.

Dans son nouveau roman, il s’attaque à l’affaire DSK. On pensait avoir tout lu, ne plus vouloir rien lire après tant d’overdoses. Mais Régis Jauffret, parce qu’il est romancier, un romancier peu aimable mais un excellent romancier, va là où personne n’est encore allé.

"La ballade de Rikers Island" de Régis Jauffret au Seuil
"La ballade de Rikers Island" de Régis Jauffret au Seuil © Radio France

"La ballade de Rikers Island" de Régis Jauffret au Seuil

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.