C’est l’histoire d’une petite fille qui passe son mercredi après midi dans un café. Elle attend sa grand-mère qui fait le ménage à l’étage. Elle regarde, s’ennuie un peu, dessine sur une ardoise. Il se passe beaucoup chose dans ce café. De jeunes comédiennes pleines d’espoir, des amoureux dont il est interdit d’écouter la conversation. Des odeurs de gâteaux au chocolat, de viandes rôties.

La petite fille regarde une jeune femme seule qui compte ses sous pour payer son sandwich au jambon et un verre d’eau. Elle imagine des vies et des histoires pour tous ceux qui entrent et sortent de ce café.

Les illustrations montrent cela. Deux mondes, celui d’un café dans une ville de province, celui-ci a été inspiré par une brasserie, le café du palais à Reims, et l’imaginaire débordant de cette petite fille, avec ces mille couleurs et une dame-antilope.

Les auteurs ont mis en exergue cette phrase de Wiliam Blake, si les portes de la perception étaient nettoyées, chaque chose apparaitrait à l’homme comme elle est, infinie.

C’est exactement ce que possède l’héroïne de cet album, une Alice aux pays des merveilles d’aujourd’hui.

une princesse au palais
une princesse au palais © Radio France

Une princesse au palais. Une histoire de Cécile Roumiguiere, avec des images de Carole Chaix et un graphisme de Célestin est publiée aux éditions Thierry Magnier.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.