Rien n’est jamais assuré pour quiconque, joie, bonheur, tristesse ou désespérance.

Guillaume De Fonclare avait écrit un texte magnifique il y a deux ans qui avait pour titre « Dans ma peau » et qui a reçu plusieurs prix littéraires. Il racontait sa maladie handicapante qui l’empêche peu à peu de se déplacer et son métier, conservateur du musée de blessés et des morts de la Première Guerre mondiale. Ce lien d’humanité entre ces gueules cassées et la sienne qui se cassait peu à peu la gueule. Dans son dernier « Dans ta peau », et dont j’ai extrait cette première citation « rien n’est jamais assuré pour quiconque », il décrit sa vie qui décline et celle de son ami qui est mort.

Il écrit « de toi, je n’ai rien appris du mystère de la vie, et celui de la mort s’est fait plus épais, cependant c’est le murmure de ta voix qui m’encourage à rester debout »

dans tes pas
dans tes pas © Radio France

«Dans ta peau » de Guillaume de Fonclare , édité chez Stock .

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.