Gilles Jacob, le président du Festival de Cannes a publié il y a quelques années son autobiographie, je m’attendais à un livre de souvenirs d’un amoureux du cinéma, c’était beaucoup plus que cela, un livre d’un écrivain qui racontait avec beaucoup de charme une vie qui avait été aussi difficile qu’heureuse. Il avait pour titre « La vie passera comme un rêve » et il est sorti récemment en poche chez pocket.

Il vient de publier un nouveau récit de souvenirs, sur le principe des « Je me souviens » de Georges Perec. Il y a des choses assez drôles, comme « je me souviens de m’être fabriqué un faux nez pour jouer la fameuse tirade de Cyrano à la fête du Lycée sans mesurer que le mien ferait parfaitement l’affaire ». Il respecte ainsi ce qu’il propose à son lecteur en plaçant en exergue cette citation de Vila Matas : Il avait dépassé cet âge où un homme cesse d’éprouver du désir de régler ses comptes avec quiconque sauf avec lui même

Les pas perdus
Les pas perdus © Radio France

__

Les pas perdus, récit de Gilles Jacob est publié chez Flammarion

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.