Agnès Buzyn a été mise en examen vendredi par la Cour de Justice de la République pour « mise en danger de la vie d’autrui » et sera entendue sous le statut de témoin assisté pour « abstention volontaire de combattre un sinistre ». Depuis, toute la classe politique semble gênée. Pourquoi ?

Agnès Buzyn en juillet 2019
Agnès Buzyn en juillet 2019 © Getty / ROBIN VAN LONKHUIJSEN / ANP

Clairement, on a créé un monstre. Soyons clairs : la France entière a constaté les mensonges du   gouvernement sur les masques. C’est le péché originel qui a détruit la confiance des citoyens. On se souvient des déclarations larmoyantes d’Agnès Buzyn dansle Monde après sa claque aux municipales : « On aurait dû tout arrêter, c’était une mascarade. » Une espèce de faux mea culpa pour se donner bonne conscience.

Oui,  il y a eu des erreurs, des stupidités, des choix critiquables, une instrumentalisation de la peur pour faire croire que tout était sous contrôle… Mais ce qui se met en place là, c’est un processus de destruction de la démocratie.