Ce matin, une fois n’est pas coutume, on parle de sport… Rassurez-vous pas pour commenter les performances de l’équipe de France mais pour parler coupe du monde.

L'évènement aura lieu dans un peu plus d’un an, un peu plus d’un an donc, en hiver oui car il aura lieu au Qatar, pays peu réputé pour son football et dont les températures estivales sont pas recommandées pour « Foncer droit au but deux mi-temps et 90 minutes »

Pour sa diplomatie par le sport le Qatar n’a pas lésiné sur les moyens, que ce soient ceux pour l’attribution de l’évènement, de lourd soupçons de corruption pèsent, ou pour sa réalisation. 9 stades, qui demeureront probablement vides par la suite, au moins 187 milliards d’euros d’investissement. 

187 milliards donc, à comparer aux moins de 7 milliards annoncés initialement pour les JO de Paris

On se dit qu’il y a un hic. Il y en a un, les grands évènements sportifs que sont les coupes du monde et les JO ont toujours explosé leurs budgets prévisionnels, jusqu’à 1000 % de différence pour les JO de Pékin.

Paris a obtenu l’organisation des Jo 2024 après les désistements de Boston, Rome, Hambourg, Budapest et un accord avec Los Angeles qui a obtenu ceux de 2028. 

Pour les JO de 2032 il n’y avait qu’une seule candidate : la ville de Brisbane.

Le prix à payer s’envole donc et les populations locales ne suivent plus, c’était le cas au Japon cet été.

Mais le prix à payer n’est pas que financier…  

  • Légende du visuel principal: Paris a obtenu l’organisation des Jo 2024 après les désistements de Boston, Rome, Hambourg, Budapest et un accord avec Los Angeles qui a obtenu ceux de 2028 © Maxppp / Ph Lavieille