Ce matin, vous nous présentez une découverte venue d’Estonie. Le groupe « Ewert and the two dragons » publie en France son deuxième album.

Ces quatre garçons dans le vent de l’Estonie ne vont pas tarder à venir souffler leurs mélodies pop/folk ébouriffantes jusque chez nous. Des mélodies souples, portées par un environnement acoustique simple. Guitares vintage, piano, batterie, basse, xylophones et claviers dessinent un répertoire oxygéné, où l’on respire le grand air dans chaque chanson grâce à des arrangements vocaux aériens.

Extrait de « In the end, there’s only love »

Le groupe originaire de la ville de Talinn s’est formé en 2008 emmené par la personnalité attractive de son chanteur Ewert Sundja, né en 1983 à l’époque où son pays appartenait encore au bloc de l’union soviétique. Il grandira sans pouvoir accéder à la culture rock qui le fait alors rêver comme tous les jeunes gens de sa génération. Parallèlement à un cursus classique qui lui fait fréquenter les bancs de l’université où il étudie la musique contemporaine, il reconnaît que c’est sous l’arc surprenant de the voice, à savoir Franck Sinatra, qui trouve grâce aux yeux du régime communiste, qu’il réalise l’importance cruciale de la voix dans une chanson.

Extrait de « Panda »

Ce nouvel album d’Ewert and the two dragons sorti grâce à un petit label letton (solidarité des pays balte oblige) est en passe de marquer l’histoire encore neuve de la musique pop en Estonie. Ainsi l’album s’est retrouvé classé numéro 1 pendant plus de six mois dans son pays, faisant du groupe un vrai phénomène et le symbole de la vitalité musicale des pays baltes face au rouleau compresseur des canons pop Anglos américains. Ce qui est d’ailleurs une tendance générale propre à toute l’Europe du nord.

Extrait de « Good man down »

Aujourd’hui l’album sort en France sur l’excellent label français Talitres avec l’aide de la région aquitaine. Un axe nord sud qui montre que cette pop solaire, pas si éloignée de l’insouciance des garçons de la plage peut naitre sous des latitudes polaires. En ces temps de retour de grand froid, le nord nous donne matière à nous réchauffer.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.