Cher auditeur, que vous ne soyez pas encore couchés ou que vous soyez debout depuis longtemps, comme nous... 2013 commence comme ça!

Extrait de "Die with you"

Je voulais commencer cette chronique du 1er de l'an par ce titre "Die with you" du groupe “The Endless Summer”… Un groupe français, influencé par David Bowie, the Queen ou encore Frank Zappa, avec à sa tête, le grand et excellent saxophoniste de jazz Thomas de Pourquery… Ici compositeur, chef d’orchestre, saxophoniste ET chanteur.

Parce que ce morceau est un parfait résumé de la musique explosive, sensible et à la fois drôle de ce groupe de jazz punk rock tout jeune… Puisque « The Endless Summer » est apparu il y a tout juste un mois…

Et c’est parce que c’est un véritable coup de cœur que j’ai envie de vous le faire partager ce matin: Pour que l’année 2013 soit aussi joyeuse, enlevée, audacieuse et imprévisible que la musique de ce groupe !

Extrait de "Nicht nein my love"

Vous avez entendu une partie des paroles, Pierre ?

"Ich bin ein berliner", "è pericoloso sporgersi", "fasten your seat belt"… Des phrases qu’on a entendues partout et des centaines de fois mais qu’on ne comprend généralement pas… Et pourtant, on se surprend parfois à se les répéter inlassablement dans la tête… Et c’est là que réside tout le talent du compositeur, chanteur et leader de ce groupe, Thomas de Pourquery : il a une façon humoristique de mettre le doigt sur l’absurdité et la vacuité de nos propos parfois quand nous tombons amoureux… Tous les mots deviennent beaux même ceux qu’on ne comprend pas… Et la musique la plus simple devient grandiloquante, romantique… Tourbillonnante, emportée et lancinante. Et quand on connaît le niveau d’excellence et de technique des musiciens de ce groupe, « The Endless Summer », on ne peut que les saluer d’avoir su si bien aller au plaisir et au plus simple plutôt que de chercher à montrer qu’ils savent jouer et improviser.

Extrait de "La valse grise"

C'est Sylvain Rifflet qui est à la clarinette, jeune grand talent de la scène jazz française… Qui, vous l’entendez, respecte ici la figure traditionnelle de l’improvisation autour de la valse sans chercher à faire des effet. Quant à Thomas de Pourquery, le leader de ce groupe lumineux, il multiplie les références et les clins d’œil : à Gainsbourg dans son jeu d’énumération de lettres et jeux de mots qui nous rappellent « Laëtitia », ou encore Baudelaire dans le poème « harmonie du soir » …« Valse mélancolique et langoureux vertige le ciel est triste et beau comme un grand reposoir»

Voici donc un groupe pour donner le la à cette nouvelle année qu'on espère pleine d'audace, de saveur, de culture, d'improvisation, de joie et de mélancolie car sans un peu de mélancolie pas de joie !

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.