Ce matin, vous nous présentez Charles Bradley, né en Floride en 1948. Il a enregistré son premier album à l’âge de 62 ans en y racontant sa vie : celle d’un cuisinier au parcours chaotique hanté par sa fascination pour James Brown. Trois ans plus tard, il nous revient avec son nouveau disque « Victim of love ».

Extrait de « Victim of love »

Cette voix de souffrance chante et respire avec la reconnaissance du ventre. Cette voix de l’âme remercie en effet toujours son guide des bons et des mauvais jours : James Brown. Toute l’histoire de Charles Bradley s’est construite sous l’arc divin de cette admiration. Une vie de plaies et de bosses sauvée toujours in extremis par le king de la soul. Enfance à Brooklyn le plus souvent dans la rue, adolescence partagée à profiter d’un programme de soutien aux familles démunies et sa passion pour la musique. Charles Bradley sera cuisinier la semaine pour vivre et chanteur le week-end en imitant son idole sous le nom de « Black velvet ». C’est sous cette identité qu’au soir de sa vie, il trouve enfin un label pour le signer et enregistrer sa propre musique. Tout en adressant un avertissement on ne peut plus clair à ceux qui tenteraient de le corrompre pour utiliser sa vie et le retour en grâce de cette musique.

Extrait de « Confusion »

Ce nouvel album de Charles Bradley sonne comme un classique de la soul. Avec un soupçon de psychédélisme pour parfaire la folie qu’il y a dans le son, notamment au niveau des guitares qui n’hésitent pas à franchir le mur de la saturation. L’album est puissant aussi parce qu’il raconte le parcours hallucinant de son auteur. Une vie accidentée, ballotée dans le cœur du paradoxe américain. Au contact de la grandeur des Etats Unis et de la misère du laissés-pour-compte.

Extrait de « Through the Storm »

Dans son premier album Charles Bradley se racontait tel qu’en lui-même : cherchant à sortir de l’obscurité. Dans ce nouveau disque imparable, c’est toujours lui mais cette fois incarné dans la lumière. Et ce qu’elle éclaire est à la fois tonique et bouleversant.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.