Présenté ce matin par Laurence Peuron.

« Perrine en morceaux » est une artiste qui n’a pas de maison de disque. Une artiste auto-produite qui fait tout toute seule.

L’album se présente sous la forme d’une gélule rouge et blanche… Bon rien de révolutionnaire jusque-là, c’est une clé USB que l’on met dans son ordinateur et qui permet de télécharger l’œuvre en toute légalité. L’œuvre qui avance avec ce titre très démiurge : « Perrine en morceaux contre le futur ». Alors évidemment une telle déclaration de guerre nécessite une petite préparation à l’écoute, Perrine a donc rédigé une longue notice qui contient des mises en garde et des précautions d’emploi avant utilisation. Cette musique est à vocation virale, elle convient mal aux personnes qui savent exactement ce qu’elles recherchent.

Extrait de « I am lazy »

Ce n’est pourtant pas exactement ce qui caractérise Perrine en morceaux. C’est une jeune artiste qui a découvert aux Beaux-arts sa voix dans tous les sens du terme. Elle crée avec une machine qui lui permet de boucler sa voix, une sorte de gros sampler. Si on suit les indications de la notice sur cette chanson à venir qui s’appelle « Dans mon jardin » il y a 31% de boucles de Kaosspad et 69% de texte.

Extrait de « Dans mon jardin »

Perrine en morceaux qui fait de la musique sans concessions. J’aime beaucoup les mises en garde de la notice de l’album : En cas d’apparitions de troubles de l’entendement : persévérez dans la navigation à vue, en cas d’apparitions de signes existentiels poursuivez impérativement le traitement avec patience, humour et questionnements.

On fait l’expérience ?

Extrait de « Fuck them all »

L’album « Perrine en morceaux contre le futur » à mettre entre les mains et les oreilles de tous les gens curieux est disponible sur Internet. Elle prépare actuellement un Opéra Kraut Pop qu’elle expérimente en public. Prochain concert à l’Espace Jemmapes à Paris dans le Xème samedi 7 janvier.

Les liens

Le site de "Perrine en morceaux"

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.