Ce matin, vous nous présentez le nouvel album de Loïc Lantoine, chanteur et auteur singulier dans la chanson française. Après avoir construit jusque là un répertoire avec la complicité exclusive de son contrebassiste François Pierron, Loic Lantoine et lui ont décidé de s’ouvrir à de nouveaux musiciens… Loïc Lantoine est un équilibriste. Il a fait de la chanson parlée un genre à part. Un genre intranquille à l’image de la puissance d’inspiration de ce pierrot lunaire amoché par la vie terrienne. On n’imaginait pas que Loïc Lantoine puisse changer, puisse avoir besoin d’ouvrir grand les fenêtres de son humanisme blessé. Et c’est pourtant ce qu’il a réussi à faire dans ce disque qu’il a intitulé « J’ai changé ». Et c’est vrai puisqu’il le chante même avec le sourire en coin…Extrait de « J’ai changé » C’est bien la voix boisée de Loïc Lantoine. Cette voix pleine d’arômes posés sur la douleur qui chez lui n’aime pas s’exhiber. Et qui revient nous raconter ses histoires d’amour, de coups de passions, de rage encore et toujours, et de lucides humanités. Celles d’un chanteur du hasard ou presque, poussé par la passion d’Allain Leprest, révélateur de vocations à qui l’on pense très fort lorsque démarre le nouveau disque de Loïc Lantoine. L’évocation d’un bistrot de Wazemmes à Lille qui a fini par fermer. Comme Leprest qui a fini par nous quitter. Le bistrot, comme un berceau d’existence, une terre de joie et de larmes, métaphore aussi d’une humanité à l’abri des fracas du monde…Extrait de « Je ferme » Loïc Lantoine a trouvé dans ce disque un environnement musical à la fois plus rêche et plus étoffé qui illustre ce style posé au bord du gouffre.Extrait de « C’est toi qui moi » Loïc Lantoine possède depuis toujours l’art du récit mais il quitte peu à peu le territoire de ce qu’il appelle « la chanson pas chantée ». Il semble maintenant moins en lutte avec ce qu’elle possède de plus populaire.Extrait de « La grande route » Loïc Lantoine est un être qui a beaucoup de mal à exister par lui-même. C’est aussi pour cette raison qu’il est surtout un homme de scène. Un artiste qui se trouve dans l’arène. Un boxeur manchot qui retrouve le goût de la victoire et du K.O grâce à ses mots qui nous font aimer pour toujours la poésie du réel…

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.