Ce matin vous nous présentez la nouvelle sensation de la pop anglaise qui publie aujourd’hui en France son premier album « Sing to the moon ». Elle s’appelle Laura Mvula, originaire de Birmingham, elle n’a que 25 ans et montre une très grande maturité dans ses compositions. Extrait de « Green garden » Douze chansons édifiées en labyrinthe, les compositions de cette nouvelle déesse de la soul super orchestrée sont à chaque fois comme un long voyage sans destination précise. On part certes d’un point précis, pour être tout de suite envahi par le pouvoir sorcier de cette voix cuivrée, fée conductrice qui nous guide dans un grand fleuve mystérieux, où des cascades de voix étincelantes bordent des chutes harmoniques impressionnantes, jusqu’à nous précipiter dans des rapides mélodiques dangereux, dont on se sort toujours au final grâce à la voix sereine et pleine qui seule nous ramène sur la terre ferme. Prêt pour le voyage ? Exemple.Extrait de « Make me lovely » C’est un peu comme si Björk la sirène du grand froid avait décidé de se réchauffer à la luxuriance des arrangements de Burt Bacharach. Mais pas seulement. Le jazz est là partout qui rampe insidieux dans ces chansons foisonnantes, les gospels altiers se chargent d’élever presque systématiquement les chansons du sol. On chercherait à définir le genre musical qu’on ne trouverait rien même si les vendeurs d’étiquettes de saison ont déjà trouvé la parade en affublant la musique de Laura Mvula du qualificatif de « gospeldelic ».Extrait de « I don’t know what the weather will be » La beauté du disque vient aussi du fait qu’ici on oublie le caractère strictement radiophonique des chansons. Très loin du formatage de la soul contemporaine qui depuis le succès éclair de Amy Winehouse cherche désespérément son héritière, Laura Mvula trace un sillon à part où c’est plutôt la prêtresse Nina Simone qui guide ses pas. Diplômée du conservatoire de Birmingham, c’est aussi en enseignant la musique que Laura Mvula s’est forgée une conscience. Celle d’une femme qui s’est émancipée par et pour la musique.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.