Ce matin vous nous présentez un livre-disque qui réunit le dessinateur Christophe Blain et la chanteuse Barbara Carlotti. Un road movie où se mêlent amour, vitesse et violence.

Extrait de « On va pas s’revoir »

Une vraie histoire, des dessins qui claquent comme un hommage haut en couleur à Pravda la survireuse de Guy Peellaert et Pascal Thomas. Pour les connaisseurs et nostalgiques du magazine Pilote, on sait qu’il est tout de suite donc question d’érotisme, d’imaginaire débridé, de violence et de fantasmes. Un disque et un album qui se répondent mais qui peuvent vivre chacun leur propre vie. Barbara Carlotti possède une voix qui raconte, qui envoute et qui chante…

Extrait de « Mon anglaise »

La bande-dessinée met en scène une fille (anglaise) très libre, qui quitte un amant d’un soir, pour remonter sur sa moto qui jusque là semble être son plus grand amour et son terrible engin. La fille vit dans une région où sévissent des hordes de motardes très violentes dont le sport favori est de s’en prendre aux hommes, particulièrement quand ils sont habillés en cowboys. La fille, elle, vit de manière très libre et sauve un jour d’une baston un tout petit cowboy de 25 cm. Ils s’enfuient et vivent une histoire d’amour étrange et intense. Il faut dire qu’après chaque nuit d’amour, le cowboy grandit de façon spectaculaire. Mais un jour ils se retrouvent séparés accidentellement. La suite n’est qu’errance d’un poor lonesome cowboy.

Extrait de « Les zones d’ombres »

Au final, le livre et le disque dialoguent magnifiquement. Aux dessins souples, ultra-pops et iconiques de Christophe Blain, répond la voix de velours gorgée de fantasmes de Barbara Carlotti. Puis viennent les échos parfois stridents, souvent pétaradants des chansons aux refrains à la mécanique particulièrement suggestive. Une B.O qui dépasse l’hommage aux road-movies des années 70. Barbara Carlotti a travaillé sur le mouvement, l’espace, le rythme. Elle reprend aussi « Blanche neige » de Brigitte Fontaine et la pomme devient aussi licencieuse que psychédélique.

Extrait de « Blanche-Neige »

Epique fantaisie colorée et coloriée, La Fille est une histoire bizarre, fait de souvenirs d’enfance, de rêves fantastiques, de cœurs brisés, mais aussi un kaléidoscope de la vie de tous les jours lorsqu’on se donne le droit de rêver en couleur comme dans les nouveaux westerns.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.