Ce matin, vous nous faites découvrir le premier album de l’acadienne Lisa Leblanc, 21 ans, qui est devenue au Québec un véritable phénomène de disque et de scène. Originaire du Nouveau Brunswick, elle chante en « chiac » mélange détonnant d’anglais et de français.

Une tornade en santiags, pleine de niaque… Il faut au moins cela pour vouloir s’imposer en France, doux pays de la romance. Ici pas de romance. Du trash folk sans peur et sans reproche. C’est de la chanson terroir qui ne s’excuse pas. Une langue qui joue entre ses racines de vieux François et celle d’un Shakespeare de ranch. Jugez plutôt.

Extrait de « J’pas un cowboy »

Lisa Leblanc vient d’un petit village peuplé de 49 habitants. Rien à y faire donc. La musique aide à passer le temps. Et le banjo aide à patienter en attendant la guitare. Lisa Leblanc en joue comme si elle était Jimmy Hendrix. Elle met le feu partout et elle s’amuse. En quelques mois sa chanson « aujourd’hui ma vie c’est d’la marde » devient un hymne au travail, un chant révolutionnaire dans les manifestations étudiantes du printemps d’érable, le premier tube du Québec aux vertus de thérapie de groupe pour se soigner de la crise mondiale.

Extrait de « Ma vie c’est d’la marde »

L’histoire de Lisa Leblanc est celle d’une éternelle exotique. Déjà exotique dans son pays, imaginez ici. Même en tendant l’oreille, il est difficile de saisir la verve fleurie de cette rouspéteuse auto proclamée, de cette Dolly Parton libertaire du grand nord. Une fille sacrément électrique qui envoie du bois et chauffe son rock métal à son auto dérision permanente qui n’empêche ni la mélancolie, ni une certaine forme de réalisme lorsqu’elle décrit (par exemple) les motels de son pays.

Extrait de « Motel »

Lisa Leblanc montre aussi qu’elle est une sacrée chanteuse. Avec du blues, de la rage qu’elle conjugue aussi à sa généreuse féminité. Il se pourrait bien qu’ici on finisse aussi par tomber en amour pour cette pétroleuse de ranch qui mine de rien est une fille d’aujourd’hui qui se débat en riant dans un monde pas très joyeux.

Extrait de « Cerveau ramolli »

La semaine dernière Lisa Leblanc donnait ses premiers concerts parisiens. Les quelques curieux qui étaient là ont vite compris pourquoi les cousins québécois ont déjà fondu pour cette acadienne qui roule des r avec ses chansons de fifilles qui en ont dans le corsage.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.