Nous partons à la découverte d’un musicien Franco Haïtien Carlton Rara qui à travers son deuxième album « Home » revisite la tradition haïtienne.

En Haïti « Rara » désigne le défilé populaire des dieux et des hommes autour de la fête des morts, début novembre. A l’écoute de son nouvel album, on retrouve tout ce qui fait la spécificité de cet artiste qui a commencé la musique par la percussion, l’apprentissage des techniques du tambour, l’étude de la tradition du rythme issue de la culture vaudou. Très attaché au texte, à la transmission orale, Carlton Rara cultive la fierté d’appartenir à son ile, souvent victime de caricatures. N’oublie pas Haïti car Haïti ne t’a pas oublié dit il en substance.

Extrait de « Diou Koulé »

Né d’une mère haïtienne et d’un père français qui organisait des spectacles, la scène est le berceau de naissance de Carlton Rara. C’est là qu’il forge sa conscience d’un métissage positif, façon de dire qu’il place le mélange des influences comme une identité en mouvement plutôt qu’une revendication. Les langues créole et anglaise se croisent et réinventent un blues haïtien.

Extrait de « I’ll see you »

Il y a un style Carlton Rara qui relie naturellement les continents africains et la culture caribéenne. Et qui donne à la langue et à la parole leur propre rythmique. L’héritage de la culture du marronnage haïtien est un exemple pour ne pas se laisser emprisonner dans une histoire et ses traditions. C’est ce qui fait que les chansons de Carlton Rara n’ont pas de genre. Et que l’on peut y retrouver toute la sève du blues des pionniers d’avant guerre avec sa voix brulée par le soleil.

Extrait de « There’s a place »

Entre le théâtre, le cinéma, et la chanson Carlton Rara est un artiste complet, conscient de l’importance de son rôle d’artisan culturel de la grande sono mondiale. Un artisan qui dit en toute simplicité « Dans cette époque de pragmatisme outrancier, nous devons non pas décréter ce qu’il serait convenu d’aimer tous, mais davantage de proposer à chacun ce qu’il pourrait aimer. » Et si cela commençait par le disque de Carlton Rara ?

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.