La saison dernière, vous nous faisiez découvrir le groupe français ARLT qui faisait même partie de votre sélection des meilleurs disques de l’année. Ce matin vous célébrez la sortie de leur deuxième album qui s’intitule « Feu la figure ». Et la question est : ont-ils réussi à transformer l’essai ?

La réponse est oui, même s’il faut bien le dire, l’essai transformé sur la ligne de but est sujet à un arbitrage compliqué. Après un premier album volontairement ovniesque mais d’une belle clarté lumineuse, ce nouvel opus sonne comme la volonté de jouer délibérément avec le feu, d’aller chercher dans les entrailles caverneuses de la composition, les accidents de parcours, de produire 10 chansons terroristes qui font exploser tous les codes en vigueur dans la chanson d’aujourd’hui.

Extrait de « Le ventre de la baleine »

ARTL c’est un duo composé de Sing Sing et Éloïse. Elle chante, lui aussi, et en plus il joue de la guitare. De la guitare en feu qui soutient en tremblement permanent ce chant siamois, suite de mots successivement aspirés et inspirés, paroles lapidaires sur une corde d’arpèges. Au pays des merveilles de l’allégorie toute métaphore est poésie. La langue du groupe ARLT s’enroule fiévreuse autour de ses mélodies étroites et sinueuses. C’est l’enfance de leur art qui s’exprime dans un bestiaire où l’on croise sauterelle, cheval, baleine et rhinocéros.

Extrait de « Rhinocéros »

Enregistré en seulement 5 jours à Montréal, l’option artistique semble claire. Choisir la brutalité parfois anguleuse des prises, renouer avec une forme de reflexe primal qui parcours la composition et l’interprétation. Surtout ne pas chercher à enjoliver pour faire genre, mais révéler des éclats de beauté dans cette crudité et sauvagerie dans laquelle leurs chansons dadaïstes sortent de leur matrice.

Extrait de « Le périscope »

Les chansons de ARLT ont vraiment quelque chose de l’état de naissance. Elles ressemblent au moment précis où le sourire du nouveau né fait disparaître cette douleur d’affronter la lumière du jour. Des berceuses primitives.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.