Ce matin, vous nous présentez le premier opus du groupe phénomène C2C. Quatre DJ qui ont littéralement embrasé le public sur tous les grands festivals de l’été et qui devraient transformer l’essai avec ce premier disque intitulé « Tetra » et dont on entend beaucoup le premier extrait.

Extrait de « Down the road »

Il fallait voir cet été toutes ces foules chavirer dès que ces quatre garçons apparaissaient derrière leurs quatre platines. Le public n’a donc pas attendu le disque, ni les passages radio pour être au rendez-vous à chacune de leur prestation. Mais aujourd’hui ce premier album très attendu de C2C montre que même s’ils sont issus du terrain, ils savent cultiver le goût de la variété.

Extrait de « Give up the ghost »

C2C signifie « Coup de Cross », en référence au crossfader, le potentiomètre sur une table de mixage qui permet de passer d’une piste à une autre et d’opérer des ruptures de sons. C2C c’est l’histoire de quatre garçons qui se sont rencontrés autour de leur passion commune du skate et du hip hop et qui rêvaient de devenir maitres du maniement des platines. De 2003 à 2006, ils sont champions du monde de DJ par équipe. Mais leur obsession est de pouvoir harmoniser cette passion avec le besoin de créer de vraies chansons. Pari réussi avec ce premier album qui pourrait ressembler à la discothèque d’une famille unie autour de la diversité de la musique.

Extrait de « Who are you »

Ça commence finalement de façon assez classique par l’enregistrement de maquettes avec des musiciens et des chanteurs, avant que ces morceaux soient soumis aux platines pour une déstructuration interne, un jeu sur les tempos, et au final une réinvention.

Extrait de « Happy »

Il faut voir la bibliothèque sonore des C2C s’animer sur scène. Cela passe par l’inclinaison légère de leurs platines qui s’illuminent ou par cette animation vidéo fondée sur quatre formes qui évoluent au fur et à mesure de leur show. C’est à la fois magique et didactique. Ces platinistes gagnent match après match en inventant le son et lumière du XXIème siècle.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.