David Bowie Ziggy Stardust
David Bowie Ziggy Stardust © Radio France / RCA / Virgin

Le 6 juin 1972, sortait un album qui allait durablement marquer l’histoire du rock mondial. On fête aujourd’hui ses 40 ans avec sa réédition dans une version remasterisée. Extrait de « Ziggy Stardust » Le 6 juin 1972, fut pour moi comme pour beaucoup un nouveau jour, presque une nouvelle vie. Nous n’avions pas eu la chance de vivre la révolution pelvienne d’Elvis. Et déjà nous regardions les hystéries collectives jaillir des clans adverses Beatles/Stones comme de l’histoire ancienne. En noir et blanc. Je n’étais pas encore tout à fait adolescent et subitement il y avait cette immense promesse qui allait transformer notre jeunesse en quête de sauvagerie subversive. Une rock star, extraterrestre androgyne, avec son groupe venu de la planète mars annonçait venir sauver l’humanité à qui il restait cinq années à vivre avant le cataclysme final. Ziggy Stardust, messie flamboyant, polysexuel inspiré du saint martyr rock’n’roll Vince Taylor parcourt alors les rues pour nous fait partager avec une émotion à peine contrôlée sa vision apocalyptique d’un monde décadent qui agonise.Extrait de « Five years » David Bowie galère depuis presque 8 ans tout en produisant des disques majeurs mais qui n’ont alors récolté qu’un succès d’estime. Avec l’enregistrement de ce nouveau disque, il réussit à poser les fondations de la mythologie rock des années 70 qui vont être aussi celles de la société du spectacle. Schizophrénie créative, dédoublement de personnalité, confusion des genres, prophétie de science fiction portée au rang d’art majeur, mise en scène de sa propre légende. De l’ascension à la chute de sa propre gloire. Un avant-goût manifeste du futur quart d’heure de célébrité.Extrait de « Rock’n’roll suicide » Ce suicide rock’n’roll, Bowie le met lui-même en scène le 3 juillet 1973 à l’Hammersmith Odeon. Il fallait oser euthanasier son double pour espérer une renaissance de la subversion perdue. Celle-ci reviendra 4 ans plus tard avec le chaos punk. Le « no futur » des Sex Pistols renverra naturellement à l’histoire de « The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the spiders from mars ». Comme aujourd’hui.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.