Ce matin, vous célébrez le retour de la québécoise Jorane qui n’avait pas publié d’album en France depuis 2003. Cette chanteuse violoncelliste très atypique, découverte chez nous en 1999 avait tout de suite remporté un gros succès hors des circuits habituels.

Oui, et c’est encore loin du tintamarre des chemins promotionnels balisés que Jorane revient aujourd’hui. Avec toujours le même univers singulier, et cette même grâce qui s’exprime peut-être différemment. Comme si Jorane, née pour instruire des expérimentations artistiques non formatées, déployait une maîtrise plus lumineuse de sa folie créatrice. Sans pourtant renoncer à son ambition naturelle qui lui fait interpréter par exemple en ouverture de soin nouveau disque un texte de René Char.

Extrait de « Allégeance »

Jorane a toujours fait corps avec son violoncelle, comme si l’instrument était le prolongement exact de son intimité. Un double parfait, chambre d’écho d’une voix qu’elle a libérée à travers son propre langage, oubliant les mots et inventant avec ses vocalises un jargon harmonique qu’elle se plaît à appeler le joranien.

Extrait de « film V »

C’est une Jorane alanguie et sereine qui se présente sur la pochette de son nouveau disque. Son investissement dans la musique fut d’abord motivé par la volonté de chercher et d’expérimenter de nouveaux territoires aux confins de plusieurs styles. Aujourd’hui ce goût pour le risque permanent est aguerri par le plaisir d’être simplement une musicienne interprète. Comme en témoigne sa reprise étonnante de la chanson d’Indochine, « J’ai demandé à la lune ».

Extrait de « J’ai demandé à la lune »

Jorane reconnaît que c’est en réalisant un album de reprises l’année dernière pour le Québec qu’elle a trouvé une nouvelle impulsion. Moins cérébrale et plus instinctive, ses dernières chansons ont ainsi profité de cette maturité naissante.

Extrait de « Ma chambre »

C’est le dixième album de Jorane. Il s’intitule « L’instant aimé ». Et il se mérite, plus qu’il ne s’impose. C’est peut être l’une de ses plus belles vertues.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.