Voici le deuxième album du guitariste et chanteur Don Cavalli. Originaire de la région parisienne, fasciné par la musique noire américaine, ce grand musicien a baptisé son disque « Temperamental ».

C’est effectivement un disque à la fois de tempérament, de fougue et totalement synchrone avec la vie souvent capricieuse, et changeante. Don Cavalli est un musicien entier, frontal et totalement absorbé par son monde hors du temps. La voix cabossée cogne sur des riffs poisseux et totalement inspirés. Le blues n’a pas d’âge puisqu’il ne vieillit pas.

Extrait de « Temperamental »

Don Cavalli ne se considère pas pour autant comme un bluesman. Il est vrai qu’il est difficile de revendiquer le blues du Mississippi lorsqu’on a grandi à Paris et que l’on a commencé son dialogue intime avec la guitare à Bonneuil. Le blues est simplement là, comme d’autres musiques pour baliser la route de cet autodidacte forcené. Presque toutes les musiques d’ailleurs. Noire américaine, hip-hop, mais aussi classique ou plus lointaine, voire exotique lorsqu’il se met à vouloir partager son inspiration avec la chanteuse chinoise Zhan Xiao Li.

Extrait de « The greatest »

Don Cavalli aime se surprendre et ça s’entend dans sa musique. Une musique profondément moderne alors qu’elle se joue dans la mise en lumière permanente de ses racines. Non, ce n’est pas la nostalgie qui frappe sur le corps de sa guitare. C’est le désir d’être vrai tout le temps, et dans cette vérité explosée, bousculée, triturée de parvenir à creuser son propre sillon. Don Cavalli s’amuse « ça sonne vieux mais pas traditionnel. Plutôt craditionnel ».

Extrait de « Garden of love »

Don Cavalli a déjà séduit avec son premier album Ben Harper, les Blacks Keys ou encore Jack Johnson qui lui ont tous ouvert leur première partie. C’était il y a déjà presque six ans. Don Cavalli a pris son temps pour nous revenir, très occupé à essayer de comprendre pourquoi et comment le blues reste cette musique capable de se conjuguer à tous les genres sans perdre son identité. C’est un travail de chercheur inspiré qui s’étonne et partage dès qu’il en a l’occasion comme en témoigne ce morceau.

Extrait de « Say Little girl »

Don Cavalli dit dans sa bio : « C’est délirant. Toutes les musiques se traversent désormais ». C’est aussi la parole d’un ancien jardinier qui a bien appris à cultiver son jardin musical.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.