Ce matin, vous rendez hommage à Claude Nougaro… Le Nougaro d’avant qu’il ne devienne l’auteur et l’interprète que l’on connaît. Grâce à un double album publié par les éditions « Frémeaux et associés », c’est l’occasion de découvrir les débuts de 1955 à 1961 d’un artiste qui cherchait encore sa voie.

Le Nougaro d’avant la célébrité est un Nougaro qui rêve d’être danseur, petit rat sautillant dans le monde merveilleux des costumes d’opéra et qui s’invente alors mille vies dans les malles de théâtre. Mais son père voit d’un très mauvais œil cette vocation. Alors très vite le petit Claude se refugie dans l’écriture. Premiers poèmes, journaliste dans la presse locale, il envoie ses textes à Cocteau. Oui, c’est un Nougaro qui cherche certes sa voie mais qui déjà est doué d’une voix.

Extrait de « Il y avait une ville »

Nous sommes en 1959, et le premier 25 cm de Claude Nougaro vient de sortir sur la firme Président. C’est un Nougaro jaillissant et encore à la recherche de sa propre rythmique lexicale que l’on découvre et qui est tout de même parrainé par un certain Henri Salvador qui écrit sur le verso de la pochette « C’est la première fois que je prends la plume pour présenter quelqu’un et j’en suis très fier. Il a la fougue, la rage et la souffrance. Il a passé par ce dur chemin où l’on est sûr que ce que l’on fait est bon et que personne ne comprend. » Car, c’est vrai Nougaro a commencé son chemin de croix vers la reconnaissance en étant chanté par les autres. Notamment Philippe Clay, grâce auquel son nom a commencé à circuler avec un tube comme « vise la poupée ». En 1961 sur une musique de Nino Rota, Nougaro lui écrit ce texte.

Extrait de Philippe Clay « Les touristes »

Tout a commencé au Lapin agile, où Pierre Nougaro, le père de Claude, premier baryton à l’opéra de Paris vient s’encanailler le soir et réussi à faire embaucher son fils qui s’ennuie. Claude lit des poèmes de Baudelaire, et balbutie ses premières chansons qui séduisent le pianiste Jean Constantin, puis Jimmy Walter avec lequel il écrit même pour Lucienne Delyle. La légendaire interprète de « mon amant de Saint Jean » en 1942 et qui est à la recherche dans les années 50 de nouveaux auteurs.

Extrait de « seulement » par Lucienne Delyle

Nous sommes en 1961. Un an plus tard, Claude Nougaro sort son deuxième album qui fera date. C’est grâce à l’acharnement de Michel Legrand qui oblige le patron des disques Philips, Jacques Canetti peu convaincu à l’écoute de 4 maquettes et qui rechigne à le signer. Michel Legrand dira à Canetti : « Je vais vous empêcher de faire une erreur historique ». Il avait sûrement écouté attentivement sa première chanson.

Extrait de « Maman m’la dit »

Claude Nougaro est né le 9 septembre 1929. 9/ 9/ 9 /9/ Un carré de 9 qui effectivement présageait d’une voix royale.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.