Cette semaine, sort le nouvel album du pianiste de jazz Ahmad Jamal. Ce musicien de 81 ans en profite pour donner un concert exceptionnel, demain soir à Paris, au théâtre du Châtelet. Nul doute que ce sera un enchantement pour toutes celles et ceux qui auront la chance d’aller applaudir ce petit jeune homme qui défie l’âge de ses artères avec maestria. Nouvelles compositions avec un groupe légèrement remanié. Un nouveau contrebassiste Reginald Veal et le retour de son ancien batteur Herlin Riley. Le trio est complété par le magicien ailé des percussions, le porto ricain Manolo Badrena. Le jazz d’Ahmad Jamal met un petit félin rythmique dans son moteur mélodique qui affole la danse de ses mains sur son piano.Extrait de « Autumn rain » Né le 2 juillet 1930 à Pittsburgh en Pennsylvanie, la Vie d’Ahmad Jamal est rythmée par sa relation fusionnelle au piano qu’il découvre à l’âge de trois ans chez son oncle. Une vie entière dédiée à l’apprentissage de cet instrument qui fait dire à Ahmad Jamal dimanche dernier sur France Inter dans l’émission d’Elsa Boublil « Summertime » : « La musique est une maîtresse. Si vous ne lui accordez pas de temps, elle ne vous en accordera aucun. Elle vous rend ce que vous lui donnez ». Mais dans ce jeu relationnel qu’Ahmad Jamal entretient avec sa discipline, il y aussi cette stupéfiante capacité à concilier un imaginaire foisonnant où l’on a sans cesse l’impression que Gershwin et Debussy opèrent une rencontre mystique dans les dix doigts d’or de ce prestidigitateur du piano.Extrait de « Blue moon » Cet été j’ai eu la chance d’aller applaudir Ahmad Jamal sur scène lors du festival de jazz de Ramatuelle. L’occasion de comprendre intuitivement que ce petit bonhomme irradié par son sourire de lune n’a eu qu’une obsession : faire danser son piano pour raconter sa vie à travers ce qu’il appelle "ses improvisations dans l’improvisation".Extrait de « This is the life » L’album s’intitule “Blue Moon”. Un de plus dans un parcours d’une prolixité rare qui montre qu’Ahmad Jamal poursuit son œuvre d’écriture de la musique classique américaine d’aujourd’hui.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.