Aujourd’hui, 8 mars, journée de la femme, est l’occasion de célébrer à la fois quelques voix féminines et l’un des plus grands auteurs compositeurs de la pop music. Ce matin, c’est Bob Dylan chanté par les femmes.

Extrait de « Just like a woman » par Carly Simon

Il est des chansons comme celle-ci qui ont provoqué bien des questionnements. Ce « Just like a woman » sonne comme le jugement péremptoire d’une phallocratie bien ancrée dans la société corsetée des années 60. L’occasion pour Dylan de montrer avec une pluie de lieux communs sur la psychologie féminine que le chemin pour parvenir à la compréhension entre les hommes et les femmes n’était pas un lit de roses. Dylan questionne l’eternel féminin, et le concept freudien de « continent noir ». Souvent expert dans la métaphore, Bob Dylan amoureux a su aussi parfois se montrer plus direct ou romantique. La chanteuse Adèle restitue cette émotion pure.

Extrait de « Make you feel my love » par Adèle (live)

Bob Dylan intronisé porte parole de la génération contestataire du début des années 60 n’a pourtant jamais caché qu’il était attaché à quelques conventions comme le mariage ajoutant dans une interview de 1978 au Boston Herald « Je crois au mariage. La liberté sexuelle ne fait que conduire à d’autres formes de liberté... » Bob Dylan, dans la même interview, affirmait qu’une épouse selon lui devait d’abord être son amie avant d’être sa conjointe.

Extrait de « Most of the time » par Betty Lavette

Ce qui nous ramène à la relation emblématique entre Joan Baez et Bob Dylan. Ces amants terribles, cette union qualifiée en 1964 comme celle de « la reine de la paix » et « du roi du rock n’roll », que Barak Obama qualifiera de bande sonore de la lutte pour les droits civiques. Une passion amoureuse et un engagement politique jusqu’au boutiste. Tout ce dont Dylan se méfie. Elle voulait changer le monde. Lui voulait libérer les esprits.

Extrait de « Seven curses » par Joan Baez

Les femmes chantent Dylan et le chantent bien. On les retrouve dans un album de 4 CD aux côtés d’autres chanteurs. Ensemble pour Dylan « Chimes of Freedom » au profit d’Amnesty international. Une bonne action où les femmes sont aussi l’avenir de Dylan.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.