Le deuxième album de Bertrand Soulier s’intitule « Single » et qui illustre bien le regard aiguisé et incisif de cet artiste qui prend son temps.

C’est effectivement un artiste qui possède un sens du temps bien éloigné si j’ose dire des canons de beauté d’aujourd’hui. 40 ans et seulement à son actif deux albums qui ont cette première singularité de rendre à chaque fois un hommage appuyé à la pop française précisément de ces quarante dernières années, ne cherchant pas à masquer ses références.

Extrait de « Patiner »

Patiner, en amour comme en chanson est un art. Celui de la précision, de l’entraînement au long cours, de l’exigence qui fait que l’on doit au bout du compte ne ressentir que la beauté du geste et jamais la performance sportive. La métaphore a du bon car elle parle assez justement de ce disque qui oscille entre l’élégance du dandy qui n’ignore pas la distance, et cette science de celui qui en bon architecte travaille au long cours pour réaliser une bonne chanson.

Extrait de « 3’30 »

Bertrand Soulier a été journaliste musical. On sent confusément qu’il connaît bien les secrets d’alcôves de nos arrière-boutiques. Ce qui lui offre une forme de maturité, parfois de cynisme dégagé et de volonté d’en découdre aussi avec notre époque…

Extrait « Le mépris »

Sous influence divine des deux B : Biolay, Berger, Bertrand Soulier mérite son nom puisqu’il nous montre qu’il en a sous le pied. Sens de la mélodie, goût pour les arrangements soyeux magnifiquement réalisé par Jean Louis Piérot. Avec le souci de répondre à cette règle : une chanson c’est d’abord une idée. Et lorsqu’il convoque le souvenir de Marguerite Duras pour écrire une métaphore sur son historie d’amour c’est assez bien vu.

Extrait de « La Vologne »

Bertrand Soulier est un outsider. Français. Comme tous les seconds qui espèrent toujours entrer dans l’histoire.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références

L'équipe

Mots-clés :

(ré)écouter Encore un matin Voir les autres diffusions de l'émission

Jaakko Eino Kalevi

Fortune

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.