Partons à la découverte du premier album de la chanteuse britannique Lianne La Havas, née d’un père grec et d’une mère jamaïcaine. Grâce à une sortie en digital au mois de juillet dernier, son premier opus a déjà rencontré un public fervent. Il est disponible aujourd’hui dans sa version physique.

C’est l’une des belles révélations de cette rentrée. Agée de 23 ans, Lianne La Havas séduit immédiatement par sa singularité. Armée d’une Danelectro silvertone, symbole de la guitare légère et modeste caractérisée par un son très clair et difficile à dompter, elle chante avec son grain de voix velouté et mélancolique à la fois, les fragments de son propre discours amoureux souvent contrarié.

Extrait de « Is your love big enough ? »

Lianne La Havas peut remercier son père musicien qui l’a initié à la guitare et aux accords de Bob Dylan. Son immersion dans le chant, elle le doit à sa passion pour les voix de femmes. Erykah Badu, Lauryn Hill mais aussi Nina Simone. Des voix fortes et incarnées qui les ont consolées de leurs déboires amoureux. Des voix tranchées par la colère et la nécessité de rester des femmes debout. Lianne La Havas a construit sa propre mythologie dans ces modèles ultra féminins et émancipés.

Extrait de « Dont Wake me up »

Lianne la Havas peut s’enorgueillir d’avoir séduit les chanteurs Bon Iver et Prince sans avoir provoqué un quelconque jeu de séduction. Juste un seul et même conseil. Qu’elle suive sa musique exutoire où elle va. Lianne La Havas a choisi pour son premier disque d’être dans un registre frontal, sans frime et sans fard. Naturelle ma belle. Amoureuse et malheureuse. Amoureuse et heureuse comme dans cette chanson qu’elle a enregistrée avec son petit ami dans l’intimité de la chambre à coucher

Extrait de « Age »

Lianne La Havas entretient avec son public une relation riche d’interactivité. Sur scène, comme sur son blog ou son facebook, elle cherche à faire oublier les intermédiaires propres au monde de la musique. Elle nous est déjà si proche. Comme son disque qui possède la vertu d’un album de poche.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.