Voici le quatrième album de la chanteuse de jazz Malia qui rend hommage en treize chansons au répertoire de la grande Nina Simone. Elle a intitulé son disque « Black orchid ».

Chacun peut évidemment avoir sa propre perception de Nina Simone, passionaria entêtée de la cause des noirs aux Etats-Unis. Malia, originaire du Malawi se sent évidemment une sororité d’arme avec cette grande sœur combattante mais elle rend aussi hommage à la mélancolie amoureuse de celle qu’elle identifie comme une orchidée noire : « une force mystique d’un autre monde noir époustouflant ».

Extrait de « Don’t explain »

Malia ravive en douceur, sur des tempos volontairement ralentis les combats d’une femme libre, souvent en colère et toujours indomptable. Nina Simone dont son nom, il faut le rappeler, est un hommage à Simone Signoret. Elle a dû se battre dès son enfance pour la reconnaissance des droits civiques des noirs aux Etats Unis contrainte par ailleurs, de faire face à une ségrégation sociale due à ses origines très modestes aggravées par la crise de 29, qui ont précarisé un peu plus ses parents. Le piano et le chant vont devenir pour Nina Simone l’arme de sa survie. Malia en reprenant « I Love you Porgy » nous rappelle aussi que c’est avec ce titre, inspiré de Porgy and Bess de Georges Gershwin que Nina Simone a signé son premier succès aux Etats Unis en 1958.

Extrait de « I love you Porguy »

Malia n’a pas choisi la facilité en s’attaquant à une telle œuvre faite de compositions originales et de reprises. Dont celle-ci extraite de la comédie musicale « Whoppee » datant de 1928 qui connaitra grâce à Nina Simone deux vies. Un premier succès en 58 et un deuxième tube planétaire grâce à une publicité pour un parfum en 87. La voix de Malia nous livre dans sa version très intime une triste émotion diaphane où féminisme et féminité tentent de trouver un compromis émouvant. L’histoire d’une femme blessée qui tout à coup reconnaît qu’il est parfois aussi beau d’être aimé que d’aimer.

Extrait de « My baby just cares for me »

Le 28 mars au New Morning, à Paris, Malia donnera un concert pour faire revivre la flamme de cette orchidée noire. Un rendez vous qui promet d’être plein d’humanité.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.