Le 9 novembre 1991, disparaissait Yves Montand. L’occasion de revenir à travers les nombreuses rééditions de sa discographie sur l’un des grands chanteurs du 20ème siècle.

Yves Montand aura été un géant de son vivant et bizarrement depuis sa disparition, il n’est devenu qu’un trop lointain souvenir. Comme si l’œuvre du Montand chanteur interprète, qui fut avant tout scénique, masquait l’incroyable diversité de son répertoire. A commencer par cette chanson de ses débuts, qui date de 1945 et qui va révéler ainsi au grand public sa dégaine longiligne, cette belle prestance, matinée d’une assurance machiste maitrisée, et le charme instinctif d’un crooner.

Extrait de « Dans les plaines du Far West »

« Yves, tu es un cow-boy, tu es Gary Cooper, tu vas les descendre un par un et tu souffleras dans le canon de ton révolver ». C’est ce que lui dit Edith Piaf, qui fut non seulement sa pygmalionne mais aussi son amoureuse lorsque Montand fait ses grands débuts sur la scène de l’étoile en 1945, et qu’il lui confie qu’il est terrorisé. Il est vraiment convaincu de ne pas pouvoir assurer. Piaf avait vu juste. Montand n’est pas seulement un chanteur. Il est un acteur qui chante. Qui va faire de son music hall une performance, pour devenir ce que les américains appellent un « entertainer ». Montand n’a jamais écrit une seule de ses chansons. Alain Souchon l’a toujours dit. La postérité est moins aimable avec les seuls interprètes. Pourtant Montand a toujours choisi ses chansons et servi quand même une seigneurie d’auteurs fabuleux. Prévert, Lemarque, Marney, Constantin, Trenet, Ferré, Druon, Bruant et j’en passe des meilleurs comme Jacques Brel.

Extrait de « Voir »

Montand le travailleur, le besogneux, le perfectionniste, comme 30 ans plus tard Michael Jackson répétant mille fois un geste, un pas, une posture… Ce chanteur qui en septembre 1981 faisait un retour sur scène à l’Olympia comme peu de chanteurs ont su le faire, reste trop souvent dans la mémoire collective, l’acteur qui failli devenir président et cet homme qui aimait les femmes, réussissant à séduire la plus belle au monde

Extrait de « Incurabily romantic »

C’est à Simone Signoret que la postérité a finalement rendu justice et dont la légende reste magnifiquement intacte. Elle est au côté de Montand le soleil qui éclaire à jamais le talent et la ferveur de cet homme. Yvo Livi dit Yves Montand à qui l’on doit d’avoir pourtant offert au spectacle sa dimension d’œuvre d’art.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.