Par Elsa Boublil.

Dans les concerts à ne pas manquer au festival « Banlieues Bleues », il y a celui de vendredi, avec le groupe lisboète « Dead Combo ».

Un groupe qui se compose en fait de deux musiciens... Mais dont l'un d'eux joue tant d'instruments que ça ressemble à un groupe, ou un combo, vous savez, ces orchestres de blues louisianais avec banjo, percussion, harmonica… ? Sauf qu'ici, à défaut d’être à la Nouvelle-Orléans, nous sommes dans les tréfonds d'une Lisbonne secrète et métissée, avec To trips à la guitare électrique, et Pedro Goncalves dans le reste du combo, c'est à dire guitare électrique, basse, mélodica, kazoo, et percussions... Selon la méthode du Re-re: on ré-enregistre voix sur voix...

Extrait de « Blues da tanga »

Lisboa Mulata, ou en français: Lisbonne la mulâtresse… Pour évoquer le métissage de cette ville du sud de l’Europe où l’aridité sociale et économique n’empêche pas la culture de se faire... Au contraire ! Ce duo, qui a grandi dans les ruelles et les cafés « underground » de la capitale portugaise… emprunte à la fois au blues, au rock, et au fado, la musique traditionnelle de leur pays ! Un mélange qui ainsi électrise et transforme la voix mélancolique de la reine du Fado: Amalia Rodriguez, en morceau instrumental et visuel qui ressemblerait à une BO de film indépendant en forme de road movie.

Extrait de « Esse olhar que era so teu »

Cet univers n’est pas sans rappeler celui tout aussi minimaliste et épuré du guitariste accompagnateur de Tom Waits, John Zorn ou encore Elvis Costello: Marc Ribot… Pilier de la scène underground new-yorkaise... Qui, d’ailleurs, interpelé par leur univers, a participé à quelques morceaux de ce 4ème opus de Dead Combo. Dans le morceau que nous allons écouter Marc Ribot est à la guitare acoustique et on le reconnaît à cette façon de gratter sa corde comme si elle était pleine!

Extrait de « Anadamastor »

Vendredi ils ne seront que tous les deux sur scène… Mais leur univers minimaliste et imagé à la fois, risque de rendre merveilleusement ces couleurs d’une Lisbonne perdue et fantomatique… à l’image de l’œuvre de l’auteur portugais, Fernando Pessoa.

Dead Combo, en concert, donc, à Banlieues Bleues, vendredi 12 avril. Le titre de leur album : « Lisboa Mulata », sorti chez Universal en février.

Les liens

Les Festival Banlieues Bleues

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.