Il y a vingt ans, il enregistrait son premier album, seul dans sa chambre, et provoquait une secousse irréversible dans la chanson française. Il s’agit de Dominique A.

Extrait de « Le courage des oiseaux »

Un choc, la très nette sensation que quelque chose venait de changer, la fierté de pouvoir vivre ce moment rare, celui où un artiste déclenche en solitaire une nouvelle ère avec un synthétiseur antédiluvien, et les quatre pistes d’un magnétophone analogique. Et des chansons, surtout des immenses chansons conçues dans le minimalisme. C’est le plaisir du paradoxe. « Le courage des oiseaux » c’est aussi alors le courage d’écrire, de se confronter à l’exigence littéraire d’une chanson portée par la grâce, et la timidité de ce nantais dont la voix entamée avait la beauté d’une Barbara débutante. Il n’est jamais facile d’être un révolutionnaire qui s’ignore et Dominique A ne se laissera pas piéger par les figures imposées. Dès son deuxième disque « Si je connais Harry », il casse sciemment son jouet au point de le rejeter.

Extrait de « Encoignures et brûlures »

En 1995 vient l’heure de la reconnaissance populaire avec un tube radiophonique « twenty two bar » qui explose alors que Jacques Chirac vient d’être élu président de la république. Etrange bande son d’une époque où Dominique A est bien seul, au milieu d’une chanson française qui fête alors la revanche des chanteuses à voix, championne olympique de la glotte. Dominique A fait sa mauvaise tête, et décide cette fois d’accepter ce curieux rôle de sans culotte d’une chanson française à reconstruire. Il publie en 1999 l’album « Remué » prélude à l’explosion d’une nouvelle génération d’artistes née dans la crise par accident

Extrait de « Retrouvailles »

20 ans plus tard, et neuf albums au compteur, Dominique A n’a pas tout a fait soldé son baluchon de clichés : le minimaliste, l’intellectuel, l’introverti, le littéraire, le dépressif…D’autres géants ont été mal entendu avant lui : Vian, Reggiani, Ferré. Et dans une moindre mesure Brassens, Brel, Barbara. Mais comme ces anciens dont il n’est pas l’héritier, Dominique A mûrit presque serein, et se regarde dans la beauté d’une chanson populaire chantée par Dalida…

Extrait de « Les enfants du Pirée »

Dominique A a aujourd’hui vingt ans de chansons mineures et majeures. Il le fête dignement avec la réédition en double CD de huit albums truffés d’inédits qui témoignent d’un parcours sidérant. Celui d’un éclaireur qui a bien choisi son nom d’artiste. Dominique A. aura toujours une première lettre d’avance.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.