Ce matin, vous nous présentez le premier album de Baptiste Herbin, 25 ans, saxophoniste alto. Accompagné de Pierre de Bethmann au piano, Sylvain Romano à la contrebasse et André Ceccarelli à la batterie, le jeune musicien est d’ores-et-déjà l’une des révélations jazz de l’année.

Extrait de « Entomology »

Baptiste Herbin, né sous l’arc miraculeux de l’influence des géants Charlie Parker, Cannonball Adderley et Kenny Garrett a trouvé son propre chemin au travers de sa passion irrépressible pour le saxophone. C’est l’histoire d’un coup de foudre à l’âge où l’on préfère généralement tapoter sur la console de papa ou jouer aux petites voitures. Baptiste Herbin voulait déjà jouer du saxophone à quatre ans. Il confesse que le conte pédagogique musical de Jean Broussolle et André Pop n’y fut pas étranger. Le jeune garçon attendra 11 ans pour finalement épouser son instrument. 15 ans plus tard, même lorsqu’on est béotien, c’est bien cette fusion charnelle que l’on ressent intuitivement entre le jeune prodige et son instrument.

Extrait de « Faits d’hiver »

Onze titres dont dix compositions originales. On y goûte une souplesse du jeu, accompagné d’une célérité dans son phrasé qui n’a pas peur de souffler dans la nuance tout en jouant dans un même morceau sur des registres de tonalité vertigineux. C’est un saxophone qui nous raconte sur chaque morceau une belle histoire. La mélancolie de « Comme une ombre » succède à la virtuosité de « chute libre » pas si éloignée de l’inspiration d’un Michel Legrand lorsqu’il composait pour le cinéma de Demy.

Extrait de « Chute libre »

Baptiste Herbin rend aussi hommage sur un titre à Jacques Brel au travers d’une relecture de sa chanson « une île », attestant d’une ouverture d’esprit très prometteuse…

Extrait de « Une île »

Baptiste Herbin compose déjà les titres de son prochain et deuxième album. Mais c’est sur scène que l’on pourra découvrir ce soir au Duc des Lombards à Paris. Ce musicien qui semble être né pour offrir au saxophone un avenir toujours radieux.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.