Foals
Foals © PHOTOSHOT/MAXPPP
**C’est l’événement discographique de la semaine. La sortie du nouvel album du groupe anglais Foals, originaire d’Oxford et qui revient avec « Holy fire », titre de leur troisième opus ébouriffant.** C’est une sorte de retour à l’adolescence pour le groupe Foals et son charismatique leader british, d’origine grecque, Yannis Philippakis. Retour dans le studio d’enregistrement des premiers émois, des premières tentatives de saturations de guitares, des premiers rêves d’absolu aussi, qu’il partageait déjà à 15 ans avec son ami d’enfance le batteur Jack Bevan. Retour aux sources donc à Oxford qui incarne aussi le besoin de renouer avec une certaine forme d’intimité. Et surtout l’envie d’en découdre avec des chansons dignes de sorcelleries blanches aux refrains secoués et hypnotiques. **Extrait de « My number »** Sur ce nouveau disque, les nerfs à vifs, Foals prend feu sur chaque chanson avec l’idée précise d’incarner un son précis, fait de plein et de déliés, survivant à des zones de turbulences. Étrange sensation parfois d’un disque qui semble sonner comme celui d’un groupe calibré pour faire vibrer les stades et qui, tout à coup, comme effrayé par une telle mission, partirait tête baissée pour renouer avec un club underground. **Extrait de « Bad habit »** Et puis il y a la dimension proprement expérimentale de certaines chansons comme celle-ci qui vous laisse carrément à terre. **Extrait de « Providence »** Foals, c’est un quintet où chaque musicien tient parfaitement son rôle, où la circulation des énergies et de l’inspiration reste toujours fluide. Conscient aussi que la voix du chanteur est une arme renversante d’humanité, qui assume son potentiel émotionnel sans fard, comme lorsque le chanteur s’adresse à sa mère frontalement, donc, à ses origines grecques. **Extrait de « Late night »** Onze titres tous différents, jamais insensibles aux clins d’œil dispensé par un joyeux démon de la danse. Avec ce troisième album vaudou, le groupe Foals qui signifie « petits poneys » en anglais joue les purs sangs capables de remporter toutes les courses d’obstacle. ## Les liens [La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook](http://fr-fr.facebook.com/pages/Encore-un-matin-officiel/199992853353600)
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.