Voici le nouvel album de Nicolas Repac, musicien et adepte du sampling, et qui, avec son nouvel album, remonte aux sources du blues. Il a baptisé son disque « Black Box ».

Une boîte noire. Comme le témoin d’une culture. C’est cette boîte magique à remonter le temps que Nicolas Repac a créée puis ouverte pour nous. Il s’est connecté avec la mémoire des chants d’esclaves, de prisonniers, de ces travailleurs pionniers pour les confronter à notre époque après bien des souffrances et des suppliques.

Extrait de « La complainte de l’aube »

Ici, Nicolas Repac, virtuose du sampleur a échantillonné « the house of the rising sun » de Georgia Turner. Il renoue également avec le légendaire « Black Betty » qui revêt plusieurs significations : du nom d’un wagon de transfert pénitentiaire, au fouet que subissait les prisonniers, jusqu’à cette bouteille de Whisky, compagne des mauvais jours des enfermés. Ce « Black Betty », chant pour narguer les matons, devenu en 1977 grâce au groupe RAM Jam l’un des classiques du rock est retaillé ici par Nicolas Repac qui en styliste de la mémoire parvient à lui redonner son sens initial.

Extrait de « Betty Loop »

Prendre le son à la source pour le ramener dans notre époque. Nicolas Repac chercheur de voix fait du détournement une esthétique. Exemple. Il est bouleversé par la voix de l’angolais Bonga. Il extirpe son chant déchirant qui semble pleurer, pour lui offrir un nouvel environnement sonore, et invente à son tour un blues imaginaire qui tisse de nouveaux liens entre l’Afrique et l’Amérique du nord.

Extrait de « Cenas de Gaby »

Nicolas Repac est un musicien ethnologue. Il crée chacun de ses disques dans une temporalité retro futuriste. Après avoir travaillé sur les racines du jazz des années 30, il s’attache cette fois au blues et va jusqu’à renouer avec ses propres racines, celles de son père originaire des montagnes de Serbie. Le blues s’éveille aussi à l’est.

Extrait de « Slepa Ljubav »

La boîte noire de Nicolas Repac est aussi celle des forces de l’invisible. Tel un sorcier, il libère les âmes pour un grand saut dans le futur. Homme orchestre, animiste ascendant chamaniste, son album est un rite initiatique.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.