Ce matin, vous nous faites découvrir le premier album du groupe Rhye, tandem basé à Los Angeles formé autour d’un producteur danois, et d’un chanteur canadien à la voix très androgyne.

Un duo énigmatique, dont la première chanson totalement magique a tout de suite affolé la blogosphère. Étions-nous devant une nouvelle Sade ? Beaucoup d’auditeurs de France Inter se sont posé la question lorsqu’ils ont entendu « The fall », mélodie à la fois enveloppante et planante aux allures déjà de classique, portée donc par une voix d’homme…

Extrait de « The fall »

Rhye a réussi ce qui ressemble à une prouesse, dans une époque où il faut tout savoir d’un groupe pour juger sa musique. Ce sont donc les chansons qui parlent d’abord, laissant les biographies de Robin Hannibal, le producteur et de Mike Milosh, le chanteur au magasin des accessoires. Installés à Los Angeles, ils ont installé leur studio d’enregistrement dans une petite chambre. Quelques machines, des guitares et un ventilateur pour contrer la chaleur étouffante. Les chansons sont nées de l’état amoureux des deux musiciens qui semblent avoir voulu d’abord les offrir à leurs femmes avant de penser à un hypothétique public. Registre de l’intimité à tout prix. Exemple avec le titre d’ouverture de l’album qui est le résultat d’une belle nuit du chanteur Milosh avec sa femme.

__

Extrait de « Open »

Cet album écrit sur l’idée du sentiment amoureux laisse percevoir une conviction. La musique d’aujourd’hui exprime une hyper sexualité par le véhicule exclusif du clip, de l’image lâchée sur Internet. Rhye semble nous dire : laissons l’imaginaire reprendre le pouvoir. Cette voix androgyne venue de nulle part est donc la force d’entrainement d’un disque qui transpire d’une sensualité torride tout en laissant parler une forme de classicisme dans les compositions. En équilibre constant entre jazz et électro, lyrique et soul comme dans ce très beau morceau.

Extrait de « 3 days »

« Nous avons toujours pensé que la musique doit parler pour elle-même, son succès ne devrait pas être le résultat d’une attitude projetée par l’artiste ». Dans leur dernier clip posté sur Internet, on ne fait que deviner le chanteur, installé dans la pénombre de son propre salon éclairé seulement par une petite bougie. Le mystère de la chambre Rhye reste entier.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.