Ce matin vous revenez sur la sortie du dernier album de Laurent Voulzy sorti il y a quelques semaines et qui continue de susciter des avis partagés.

Extrait de « Glastonbury »

Dix ans après son dernier album de chansons originales, Laurent Voulzy livre avec ce nouveau disque à la fois mystique, pastoral et lumineux, le résultat enfiévré de son chemin de croix initiatique. Cette fois sa quête du graal n’est plus exactement de parvenir à composer encore toujours la chanson ultime, mais de casser les formats, de concilier des styles musicaux inconciliables. Avec l’idée aussi de rendre hommage à son enfance et à sa fascination pour le Moyen-âge, en adaptant notamment la poésie de Charles d’Orléans, prince de France qui fut retenu en captivité en Angleterre pendant 25 ans. Ce petit rondeau moyen-âgeux est l’occasion de transcender la rivalité ancestrale entre anglais et français, toujours d’actualité, en croisant sa voix à celle de Roger Daltrey des Who.

Extrait de « Ma seule amour »

Laurent Voulzy, bientôt 63 ans, se sent plus libre que jamais pour nous faire partager sa vision de l’existence et son rapport au monde où les forces occultes tiennent une grande place au côté de la lecture perpétuelle des grands mystiques de toutes les religions. Laurent Voulzy transformé en chevalier pop, éclairé et habité, invente donc la croisade ultime : la neuvième. Imaginaire symphonie épique où l’orient et l’occident trouveraient enfin dans leurs dieux respectifs la même réponse aux interrogations de la foi qui divise. Voulzy l’alchimiste superpose des chœurs dans la plus pure tradition baroque du XVIIIème siècle, avec une litanie arabe moyen-âgeuse habillée par les violons d’Abbey Road qui portent les chœurs enregistrés dans le donjon du château de Vincennes.

Extrait de « La neuvième croisade »

Voulzy, croisé pacifique en élévation créative traque l’émotion, qu’il met au service de son exubérance, de ces explorations électroniques et gothiques à la fois qui parfois nous ramène chez Moby et Farmer réunis. Mais qu’importe le style, puisqu’il y a du désir, de l’engagement et une conviction lumineuse. Avec cette curieuse relation karmique entre la terre Souchon et la lune Voulzy.

Extrait de « La nuit »

La vie du petit Laurent Voulzy fut changée le jour où sa maman lui fit cadeau d’un château fort. Avec ce nouveau disque, Voulzy baisse définitivement le pont-levis de son château fort musical pour y faire entrer une foi irrationnelle.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.