Ce matin, découvrons l'album Amanké Dionti, fruit d'une belle rencontre musicale.

Ce matin, vous nous faites découvrir l’album Amanké Dionti, fruit de la rencontre entre Ablaye Cissoko, chanteur sénégalais et joueur de kora (harpe-luth africaine) et le musicien Volker Goetze, trompettiste de renom, d’origine allemande et installé à New York.

Amanké Dionti, c’est le monde entier dans un seul disque, objet planant non identifié, volant au dessus du toit du monde. Un voyage en sons qui parcourt les terres arides de l’Afrique de l’Ouest jusqu’aux lumières de New York, la verticale. De l’horizon sans fin du désert jusqu’à la réalité urbaine, les morceaux de cet album déroulent ainsi leur magie .

(Extrait de Kana Malondi)

La première rencontre entre les deux musiciens date de 2008. Depuis, leur connexion spirituelle ne cesse de se développer au point qu’aujourd’hui, le trompettiste parle d’un état d’esprit proche de la méditation lorsque, ensemble, ils se mettent à jouer. Comme si chacun d’eux sortait de son corps physique pour engager un dialogue musical seulement avec son corps astral. C’est bien une musique de l’âme qui s’exprime ainsi.

(Extrait de Amanké Dionki)

Volker Goetze, disciple de Don Cherry a voulu faire comme lui. Le grand saut vers son désir d’Afrique. Un beau voyage initiatique motivé par la nécessité d’inscrire sa démarche musicale dans une quête permanente de l’autre. Son autre, Ablaye Cissoko, il va le rencontrer au sein de l’African European Jazz Orchestra qui croise aussi la route de Youssou N’Dour. Dès lors, débutent leurs conversations musicales. Le griot soigne avec sa kora et la trompette transcende la guérison. L’album a été enregistré dans l’environnement très singulier de Bon Secours, une église du XIXe siècle, entièrement édifiée en bois, propice à magnifier l’acoustique de la kora, de la trompette et de la voix, et idéale pour traduire ce vœu commun de spiritualité. Qui n’oblitère en rien la volonté aussi d’être dans la réalité comme en témoigne le titre Haïti, hommage au destin martyr d’un peuple toujours debout.

(Extrait de Haïti)

Ablaye Cissoko conjugue sa concentration naturelle avec le don d’improvisation de Volker Goetze. C’est bien pour cela que quand le jazz est là, la Kora ne s’en va pas !

Les liens

La page de la chronique Encore un matin sur Facebook

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.