Mercredi, jour de sortie des films, vous nous parlez du mini-album de Sarah Blasko « Cinema songs », petit florilège de chansons issues de son panthéon cinématographique qu’elle interprète seule au piano.

Un dépouillement extrême : un piano et une voix pour cette artiste australienne qui depuis ses débuts en 2004 nous fait partager à la sortie de chacun de ses disques sur son blog intitulé « Théâtre Blasko » son inclination pour le cinéma, les acteurs et ses souvenirs d’enfance.

Extrait de « Something good »

C’est une chanson qui figure dans le film musical américain de Robert Wise « la mélodie du bonheur », que Sarah Blasko regardait tous les ans à la télévision en famille. Un choix qui illustre bien son univers, pas si éloigné de ses propres compositions originales avec des textes qui parlent souvent de la force intérieure de chacun, ou de l’importance du vécu, de l’expérience comme justement dans la chanson du film « la mélodie du bonheur ». L’expérience, Sarah Blasko en a déjà pas mal. Trois albums depuis 2002 et l’envie de travailler pour d’autres disciplines comme le théâtre où elle s’est illustrée notamment en musique pour une mise en scène de Hamlet. C’est cette aventure qui lui a fait retrouver le piano. Omniprésent dans ce disque de reprises, véritable rampe de lancement d’une tournée acoustique.

Extrait de « Maybe this time »

On retrouve aussi avec plaisir un chanson qui interprétée par Diane Keaton illuminait le film « Annie hall », de Woody Allen.

Extrait de « Seems like old times »

Cette chanson, standard crée en 1945 par Guy Lombardo et John Jacob Loeb pour le texte, illustre à merveille les capacités de cette voix de porcelaine, qui excelle dans la maitrise de son art sans jamais jouer la pleine voix. Sarah Blasko sait aussi faire parler et chanter la petite fille qu’elle fut à travers une sorte de petit coming out. C’est en effet regardant Irène Carter interpréter à l’écran « Out here on my own » dans le film « Fame » que le déclic s’est produit qui l’a conduit à faire aujourd’hui des chansons.

Extrait de « Out here on my own »

Sarah Blasko vient d’achever une tournée évènement des églises et des cathédrales dans toutes les grandes villes d’Australie. A la recherche du son du paradis, en prélude à la composition de son prochain disque. Vivement.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.