Ce matin vous nous révélez la belle histoire de Théodore, Paul et Gabriel, trois filles parisiennes qui aiment porter des prénoms de garçons, jouer la confusion, des genres et des styles…

Extrait de « The silent veil »

L’une souffrait d’être cantonnée à des rôles de fille à jupe pour le théâtre, l’autre jouait de la guitare en attendant de jours meilleurs qu’elle occupait comme analyste financière, la dernière bassiste dans un groupe de hard rock déboula avec l’envie d’en découdre. Théodora De Lilez, Pauline Thomson et Clémence Gabriel vont montrer dès 2011 de quel bois elles s’échauffent. Et pour lutter contre le sexisme anti musiciennes qu’elles rencontrent encore, elles ne tardent pas à enregistrer un premier EP où elles vont avoir tout le loisir comme elles le disent « de prouver qu’elles ont des couilles virtuelles ».

Extrait de « Chasing the sea »

Treize chansons qui ne cachent pas leur influence vers la pop de la fin des années 60. De la subversion à la contre culture, des Beatles à Lennon, de Janis Joplin à Joni Mitchell, c’est la pop qui donna un futur au rock des pionniers. De Crosby, Stills and Nash, trio vraiment masculin à ces trois garçonnes au dandysme rigoureux, on trouve des chansons qui célèbrent de belles harmonies vocales et une nonchalance mélodique très accrocheuse.

Extrait de « Winter »

Repérées par Les Inrockuptibles , émancipées par le chantier des Francofolies, le trio, allez savoir comment, a même séduit le Premier ministre qui invita ces jolies filles manquées pour la fête de la musique le 21 juin dernier alors qu’il était en train de composer son gouvernement. L’histoire nous dira si cela peut forger un destin qui pour l’heure souffle comme une brise d’utopies caressant la belle sensualité de ce trouple singulier.

Extrait de « Slow Sunday »

Les chansons de Théodore, Paul et Gabriel ont le mérite de jouer sur la corde sensible de la nostalgie, tout en étant portées par une posture moderne. Celle de ces trois garçons sensibles qui sans contrefaçon révèlent trois filles coriaces.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.