Bobby Womack "The bravest man in the universe"
Bobby Womack "The bravest man in the universe" © Radio France

C’est le grand retour après 12 ans d’absence de Robert Dwayne Womack, alias Bobby Womack, né en 1944 à Cleveland, et devenu la légende de la soul à l’âge de 16 ans lorsque Sam Cooke le prend sous son aile. A 68 ans, après bien des hauts et quelques très bas, il revient avec un album intitulé « The bravest man in the universe ».

Extrait de « The bravest man in the universe »

« L’homme le plus courageux de l’univers est celui qui a pardonné en premier », précise donc la voix d’or de Bobby Womack en amorce de ce nouveau disque qui marque bien plus qu’une résurrection rédemptrice. Cet album du retour cornaqué par la générosité créative de Damon Albarn et Richard Russel est tout simplement un grand disque.

Second extrait de « The bravest man in the universe »

Grand disque parce qu’il ne trahit aucune des fragilités, aucune des faiblesses d’un homme au parcours cabossé entre addiction à la drogue, meurtre de son frère, suicide tragique de son fils, et qui transcende ces douleurs pour ne garder que l’extraordinaire vitalité et virtuosité d’une âme, d’une soul qui semble nous dire « l’amour est plus fort que la mort ». Certes on saisit parfaitement la volonté de moderniser par touches électroniques impressionnistes l’univers de cette voix unique mais on est frappé lorsque le producteur Damon Albarn laisse l’émotion brute prendre le dessus.

Extrait de « Deep river »

Album aux contours autobiographiques, il est aussi l’occasion d’opérer quelques traits d’union à la tonalité très spirituelle quand par la magie du sample, on retrouve Bobby Womack converser avec Gil Scott Heron, éclaireur du hip hop et autre grand blessé de la vie. Et lorsque c’est la créature Lana Del Rey qui vient poser sa voix de velours sur celle de Bobby Womack, la modernité recherchée fait renaitre paradoxalement le fantôme de Sam Cooke.

Extrait de « Dayglo Reflection »

A l’heure de repartir sur les routes, on vient d’apprendre que Bobby Womack luttait contre un cancer, heureusement en voie de rémission. Sa voix n’a pas fini de le guérir, de nous guérir.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.