Ce matin vous nous présentez la nouvelle sensation rap de la scène française qui depuis un an enflamme une presse normalement plutôt rétive au hip hop, bonde les salles parisiennes, accumulent les records de nombre de vues sur Internet. C’est Le groupe 1995 qui vient de sortir son nouvel EP 8 titres et qui est déjà numéro 1 des ventes.

1995 ou 1.9.9.5 ou encore 1 double 9.5. C’est comme vous voulez pourvu que vous puissiez comprendre qu’il s’agit d’un collectif de 5 Mc et un DJ qui veut rendre hommage à un certain âge d’or du rap. 1995, la belle année de « Paris sous les Bombes » du groupe NTM, de la BO de la « Haine » et de groupes comme La Cliqua ou Les sages poètes de la rue. Année bénie où c’est la recherche de la rime qui prime, où la prose combat n’est ni revendicative, ni communautaire, ni revancharde. La preuve, 1995 ouvre leur CD en nous souhaitant la bienvenue

Extrait de « Bienvenue »

A l’expression consacrée « le rap c’était mieux avant », ils préfèrent écrire leur manifeste « le rap c’était mieux demain ». On peut se réjouir d’écouter avec eux un style, une dextérité lexicale et ce talent pour sortir des thèmes ultra rabâchés dans le rap hexagonal. Ainsi 1995 se détache du mythe du rap américain en une phrase « le ciel a plus d’étoiles que le drapeau américain ». Ils rendent aussi hommage à leur maman. « ça n’a pas de prix de payer des trucs à sa maman, elle n’aura plus de taff, elle mangera des crustacés, maman ne m’a jamais laissé sortir avec un pull crade ».

Extrait de « Comme un grand »

Le groupe rappe sur des instrumentaux cool, souples où s’invitent guitares et saxo comme au temps de la vieille école. Et pourtant 1995 a cette suprême qualité de faire du vrai neuf avec de belles racines assumées. Adeptes du « do it yourself » le groupe reste attaché à son indépendance et garde un vrai sens de la formule. Oui du fond il y en a au bout de leur mine de crayon.

Extrait de « Comment dire »

1995 dépasse le rôle de porte voix du vécu des jeunes des cités. Ils viennent de Montrouge, s’habillent comme tout le monde et malgré le buzz ne vivent pas encore de leur musique. Ils sont l’espérance d’une alternative.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.