Voici le deuxième album d’un duo. Las hermanas Caronni, en Français les sœurs Caronni. Gianna et Laura Caronni, deux jumelles nées en Argentine à 10 minutes d’intervalle.

L’une joue de la clarinette, l’autre est au violoncelle. L’une et l’autre chantent et leur symbiose sororelle produit comme sur le premier album le même magnétisme envoutant. Et pourtant, on ne sait pas précisément sur quel territoire musical on se situe. A la croisée de la discipline classique et du chant traditionnel, les effluves de la chacarera, musique traditionnelle du nord de l’Argentine viennent parfumer un beau pays d’émotions contrastées.

Extrait de « Pachamama »

Pachamama __ raconte l’histoire de la famille des deux sœurs à travers celle de tous les migrants, notamment des passages obligés en préfecture pour obtenir une carte de séjour. Les deux sœurs Caronni sont des filles réjouies de l’exil. Déjà en Argentine, elles s’inspiraient de la réalité d’une famille où le monde est en perpétuel mixage, mélange de grands pères suisse et italien et de grands-mères russe et andalouse. La fusion est partout, gémellaire, musicale et émotionnelle. Après un premier album qui rendait hommage à leurs racines, ce deuxième disque intitulé « Vuela » , comprenez « L’envol » est l’occasion de faire place aux rencontres musicales opérées lors de leurs nombreux concerts et de saluer leurs sources d’inspiration, comme à travers cette reprise de la chanteuse Lhasa, sorte de petite sœur disparue, lointaine et proche à la fois.

Extrait de « La frontera »

On croise également sur ce nouvel album plus éclectique que le précédent une reprise d’une chanson de Georges Brassens ou la belle présence du poète et vagabond céleste Denis Péan, tête pensante du collectif Lo’ JO.

Extrait de « Mercedes »

Les sœurs Caronni disent aussi que l’idée de l’envol s’inspire de ce qu’écrivait la poétesse chilienne Violeta Parra, « La création est un oiseau qui vole sans feuille de route et jamais en ligne droite ». Ce que l’on ressent confusément à l’écoute de ce disque qui évoque aussi une rencontre avec une petite fille adoptée au Togo

Extrait de « Pacienca »

L’Argentine est un pays qui a su recevoir et qui, de temps en temps, sait aussi redonner au monde." C’est ce que disent ses deux sœurs qui continuent effectivement à nous donner beaucoup. __

Las hermanas Caronni
Las hermanas Caronni © Radio France
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.