Par Matthieu Culleron.

On s’intéresse ce lundi à un artiste anglais qui sort son second album. Miles Kane c’est son nom et « Don’t Forget who you are », c’est le nom de sa dernière production.

Miles Kane
Miles Kane © ©PHOTOPQR/LE PARISIEN Maxppp

Extrait de « Better than that »

Miles Kane n’a que 27 ans et pourtant il a déjà un CV de rocker long comme le bras. Il faut dire que tout commence bien pour lui, il voit le jour dans une petite ville près de Liverpool et vit son adolescence en pleine explosion Britpop… A 12 ans, il possède une première guitare et très vite un groupe : The Rascals. Coup de pouce supplémentaire, son meilleur ami n’est autre qu’Alex Turner, le chanteur des Arctic Monkeys, l’un des groupes les plus populaires d’Angleterre … Depuis qu’il entame une carrière solo, sa musique est un concentré de tradition rock … Puissance et efficacité pourrait être sa devise, le tout en gardant un goût prononcé pour le son de la fin des années 60.

Extrait de « Don’t forget who you are »

Sur ce dernier disque, Miles Kane retrouve ce qui avait fait le succès de son premier album et de son projet très réussi The Last Shadow Puppets, son projet commun avec le chanteur des Arctic Monkeys, et comme avec ce projet donc, on retrouve sur cet album des hymnes pop qui pourraient aisément devenir la bande son d’un western du XXIème siècle avec toujours une production extrêmement soignée, riche mais aussi parfois minimaliste…

Extrait de « Fire in my heart »

Miles Kane pour ce deuxième album s’est entouré de vieilles références punks. Par exemple, pour composer certaines chansons, il a invité Paul Weller, ancien leader de Jam… Mais la nouveauté c’est sans doute la grandiloquence de certains titres, histoire de dire aux programmateurs de festivals que désormais Miles Kane doit bien figurer en haut de l’affiche là où se trouvait le groupe Oasis au milieu des années 90.

Extrait de « Give up »

Miles Kane sera en concert le 6 juillet au festival Beauregard, près de Caen et le 30 octobre à l’Olympia, à Paris.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.