Après un premier mini-album sorti il y a deux ans, le groupe français Baden Baden sort son premier album intitulé « Coline ». Baden Baden tire son nom de la station balnéaire et base militaire allemande où le père du chanteur du groupe a séjourné.

Et pourtant aucun des trois garçons du groupe n’y a jamais posé un pied. Eric Javelle le chanteur et guitariste de Baden Baden a entendu tant d’histoires racontées par son père qu'il a finalement focalisé sur ce nom toute la nostalgie de l'enfance jusqu'à baptiser son groupe ainsi. Pour en faire comme une ville imaginaire, à la fois romantique et chargée d’histoire, forte d’une identité musicale européenne où le français et l’anglais seraient les deux langues officielles.

Extrait de « La descente »

Le jumelage avec ce Baden Baden pop offre une escale surtout très contemplative, pleine d’une douceur de vivre légèrement surannée. Comme si ces enfants de la génération myspace étaient nés sans rébellion de l’union naturelle de parents qui auraient écouté Souchon ou Les Innocents. Jusqu’à vouloir peut-être finalement leur rendre hommage.

Extrait de « Chanmé »

Entre temps, l’adolescence aura fait son œuvre. Radiohead, Portishead, Miossec ou Deportivo ont agi comme des déclics pour oser le style. Ce Baden Baden d’aujourd’hui n’a pas eu besoin de son général pour écrire sa propre histoire. Pas de chienlit dans le fonctionnement interne du groupe. Au contraire, le principe d’une démocratie participative semble dominer les échanges. Comme si les compositions aériennes, souvent structurées en escalier avaient besoin de cet état d’esprit paisiblement réformateur pour réussir à saisir la bonne alchimie qui était déjà bien là dans leurs tous premiers morceaux.

Extrait de « Anyone »

Les douze titres de Baden Baden coulent, paisibles, d’une source chaude qui nous rappelle les vertus de cette pop, aux articulations d’une belle souplesse.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.