Voici le nouvel album de l’auteur compositeur Alexis HK qui creuse un sillon à part dans la chanson française depuis déjà 15 ans. Il signe aujourd’hui avec « Le dernier présent » son cinquième album studio.

La thématique du temps qui passe est au cœur de ce disque sobre et classique à la fois. A la fin de l’album, c’est le temps subjectif selon Alexis HK qui joue la métaphore sur la fin de l’empire qui ressemble étrangement à notre civilisation En ouverture c’est le temps définitif menacé de s’arrêter en cette année d’apocalypse promise par les mayas. Le réalisme d’Alexis HK n’est pourtant jamais plombé. C’est la griffe Alexis HK : une nonchalance dégagée pour s’engager à dire l’essentiel.

Extrait de « Le dernier présent »

Alexis HK est un curieux personnage dans la chanson. A la fois rénovateur et profondément classique. On sent bien confusément une naissance sous l’arc de Brassens. Cette façon d’exprimer le monde et ses contemporains dans une langue riche et pudique à la fois, où la poésie courtoise voisine aimablement avec un langage d’aujourd’hui. Alexis HK aime la chanson pour ce qu’elle offre d’unique. Le sprint plumitif. Qui autorise, par exemple, en sept strophes, la description d’une situation réjouissante bien qu’un peu délicate. Lorsque l’homogamie politique ne domine plus le couple, le sexe entre la droite et la gauche devient un vaste programme !

Extrait de « Charité populaire »

Si le sourire courtois irise souvent une écriture qui cherche à devenir plus directe, la gravité et l’expérience pointent leurs plus beaux atours. La quarantaine frémissante est l’occasion d’opérer un état des lieux sur une génération désappointée définitivement.

Extrait de « Fils de »

Alexis HK confie qu’il avait envie de capter sur son disque une mélancolie positive. Le temps présent. Carpe diem. Oui et non. Comme si le principe de réalité le rattrapait quand même et nous faisait méditer avec le sourire en coin cette phrase de Berlioz : « le temps est un grand professeur, mais malheureusement il tue ses élèves ».

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.