Voici une artiste qui n’est pas encore signée par une maison de disques. Elle s’appelle Héloïse Letissier, elle a 23 ans et se présente avec ses chansons sous le nom curieux de Christine and the Queens.

En effet, voici une sorte de faux groupe inventé par Héloïse. Une self-made-woman qui fait tout toute seule en fusionnant musique, performance vidéo, dessin et photographie. Pour l’heure, un EP 5 titres auto produit est disponible en téléchargement, précédé tout de même par une vraie rumeur fondé sur un repérage au tremplin des Inrockuptibles, un passage par le chantier des Francofolies et une première tournée sous la houlette des femmes s’en mêlent. C’est précisément les chansons d’une femme qui s’interroge et s’amuse, irrévérencieuse, des questions d’identité, ou bien un brin provocante qui se réjouit d’être handicapée.

Extrait de « Cripple »

Christine and the Queens, comme son nom d’artiste l’indique, joue avec la notion de genre. Et ici tous les codes de l’inversion sont mis à l’épreuve. C’est donc l’histoire d’une femme qui essaye de se faire passer pour un travesti. C’est une transgression sensuelle et joyeuse qui permet d’être tous les sexes à la fois et surtout de transformer son projet en performance totale. Christine et ses reines imaginaires conduit son cabaret électro en jouant sur ses synthétiseurs qui deviennent son grand orchestre à elle. Levant tous les tabous jusqu’à assumer le narcissisme propre aux artistes.

Extrait de « Narcissus is back »

Il y a beaucoup de théâtralité dans ce projet artistique. C’est sûrement dû au master d’études théâtrales qu’elle a suivi à Nanterre. Au-delà de l’immédiate séduction que provoquent ses chansons, on pressent aussi un vrai rapport au monde dès lors qu’elle s’attaque avec une langueur sulfureuse à une reprise d’une chanson d’Yves Simon.

Extrait de « Amazoniaque »

La reine Christine a de grands projets pour son royaume bizarre. Régner pour le plaisir du jeu avec son double à qui elle peut tout faire dire, jouer, et endosser. Comme le gage de sa liberté artistique. Royale !

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.