A quelques heures de la clôture de la campagne officielle du premier tour de la présidentielle, chronique ce matin en forme de clin d’œil sur l’idée même du vote citoyen dans la chanson.

Extrait de « Enti essout »

A l’heure où l’abstention semble être malheureusement la vraie révélation de cette campagne présidentielle qui s’achève, l’appel à l’urgence et à la mobilisation démocratique en Tunisie pour les élections du mois d’octobre dernier chanté par un collectif de jeunes artistes résonne bizarrement. Et même si l’on voit fleurir ici sur la toile quelques clips plus ou moins réussis pour lutter contre ce fléau de la démobilisation citoyenne, faut-il rappeler que les femmes en France ont obtenu le droit de vote en 1944. En 1941 un duo de fantaisistes québécois nous montrait à quel point le vote féminin pouvait relever encore de la science fiction.

Extrait de « Juliette Beliveau et Guy Mauffette »

Longtemps longtemps après que le droit de vote fut accordé aux femmes, on continuait à entériner dans un registre bien misogyne que la femme n’était pas l’avenir d’une élection au suffrage universel. Suzanne Gabriello muse amoureuse de Jacques Brel, et grande spécialiste de la chanson comique et parodique expliquait en 1966 sur un air de Nino Ferrer la lourdeur de la tâche du devoir de citoyenne.

Extrait de « Votez, hein bon ! »

Quoiqu’il en soit une vérité se confirme. Les chansons qui osent le parallèle entre une histoire politique et une histoire amoureuse font toujours mouche. Alex Beaupain confondant la victoire de Mitterrand en 1981 avec le jaillissement d’un coup de foudre ou bien encore Arnaud Fleurent Didier qui un soir de résultat du premier tour fait le va et vient entre sa conscience politique et sa science amoureuse.

1er extrait de « Je voterai pour toi »

Peut être faut il accréditer l’aphorisme de Grégoire Lacroix qui dit « en amour comme en politique, il est inutile d’avoir raison, il suffit d’être convaincant. »

2nd extrait de « Je voterai pour toi »

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.