Ce matin vous nous faites découvrir Mariana Yegros alias La Yegros, une artiste issue de la scène underground de Buenos Aires. Elle s’est forgée un univers musical électrisant en unissant au sein du même projet les rythmes traditionnels d’Argentine et de la Colombie : le chamané et la cumbia.

Extrait de « Viene de mi »

On peut faire aussi le buzz sur youtube ou plus généralement sur le net lorsqu’on chante de la musique issue d’un corps traditionnel. C’est par ce premier titre en effet « Viene de mi » diffusé sur la toile que La Yegros est venue jusqu’à nous. Toute sa démarche est rassemblée dans cette chanson qui ressemble à une délicieuse mise en jambes. On y comprend l’attachement aux racines du chamané, ce style musical propice à la danse rurale de Misiones, province argentine enclavée entre le Brésil et le Paraguay. Et on y reconnaît majoritairement la Cumbia, ce genre musical et cette danse née au XVIIe siècle en Colombie. De la tradition au métissage, La Yegros intègre dans sa musique les machines qui martèlent le groove, et un flow qui n’est pas sans rappeler celui du hip-hop.

Extrait de « Solo »

Toute petite déjà, Mariana Yegros baigne dans la musique. Son père est électricien mais il passe ses journées à écouter du chamané. Sa mère institutrice est plutôt branchée Cumbia. Lorsqu’enfant La Yegros se met à étudier le chant, elle s’immerge dans les techniques de chants qui viennent d’Afrique et d’Inde car elle y trouve des correspondances organiques avec les rythmes latino-américains. Sa voix chamanique, chargée de sensualité provoque un mouvement chaloupé très très dub.

Extrait de « Vagar »

La Yegros possède un caractère trempé, elle reconnaît qu’elle est aussi très influencée par les grandes figures de la pop mondiale. Fabiana Cantilo, rockeuse argentine ou Madonna dont elle admire l’allant provocateur et féministe. Mais sa référence absolue reste l’islandaise Bjork, dont elle rêverait d’être le versant latin. Pour cette capacité de mettre du féérique dans la musique mais aussi pour son génie à intégrer la tradition dans une musique mondialisée mais non formatée.

Extrait de « Iluminada » (feat El Gato Muñoz)

L’album de La Yegros incarne une révolution de velours. Joyeuse et féminine. Avec au cœur de chaque danse, de jolis petits pas féministes…

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.