Nadéah est une auteur-compositeur-interprète d’origine australienne, qui s’est installée à Paris il y quatre ans et qui sort ces jours ci son premier album sur un label français. Et c’est un coup de foudre !

Nadéah a du tempérament. Il suffit de la voir une seule fois sur scène pour être balayé par cette tornade blonde qui a réussi, mission difficile, à insuffler son énergie et son excentricité scénique dans son premier album. De la sueur, et de l’énergie enfermée dans un CD qui ne demande qu’à sortir.

Extrait de « Odile »

Nadéah est une sorte de punk joyeuse qui trimballe son énergie débordante depuis quelques années sur la scène parisienne, faisant ses armes aux cotés d’Olivier Libaux dans le projet du collectif français Nouvelle Vague ou partageant parfois la scène avec Charlie Winston. Vivre en France, cela ressemblait à un rêve ou peut-être même à un destin pour Nadéah qui reconnaît qu’elle a toujours été fascinée par notre pays et la vie parisienne, y compris dans ses clichés les plus tenaces. Née à Canberra en Australie, d’une mère d’origine indienne et portugaise et d’un père italien, Nadéah est le pur produit d’un métissage accompli qu’elle met d’une certaine façon aussi dans sa musique. Rock et folk à la fois, elle décide avec son complice Nicolas Tescari d’habiller ses chansons de guitares acérées, de contrebasses ronflantes, de pianos aux sonorités parfois discordantes et de cuivres en fanfare. Nadéah a réussi à créer son propre cabaret foutraque.

Extrait de « Scary Carol »

Nadéah, c’est une Tom Waits au féminin, hargneuse et sauvage. Mais c’est aussi l’historie d’une autodidacte qui a voulu suivre le chemin d’une exigence en s’inspirant du travail d’écriture de Léonard Cohen, l’un de ses référents absolus. Cela donne aussi quelques chansons bouleversantes comme celle-ci.

Extrait de « Even quadriple gics get the blues »

L’album de Nadéah s’intitule « Venus Gets Even » ce qui signifie « la revanche de Venus ». Avec ce premier album, cette déesse de l’amour fantasque et colorée risque de faire exploser le cœur des hommes.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.