Ce matin vous nous présentez le deuxième album du groupe « The Irrepressibles », collectif arty dans lequel la pop croise le classique. Il est mené par Jamie Mc Dermott, originaire de Scarborough dans le Yorkshire, en Angleterre.

C’est un album qui parle du temps qui passe. Du passé de Jamie Mc Dermott, cet enfant solitaire qui a grandi dans une HLM hanté par les bruits de la mer, écartelé entre son éducation catholique et les bruits ensorceleurs d’une fête foraine où les effluves de l’interdit structuraient un imaginaire de la différence.

Extrait de « Time passing »

Le décor est planté. Un ciel lourd de tristesse, l’adolescence qui s’enfuit déjà et le besoin irrépressible de parler de soi. Jamie Mc Dermott a écrit cet album à Paris lorsqu’il avait 20 ans. Des chansons qui parlent de sexualité. D’un monde viscéral où les premières fois sont convoquées. Le baiser, l’attraction du désir, la peur de perdre sa virginité aux choses de l’amour. Et la question de la confrontation de son identité sexuelle en évoquant la figure de San Sébastien, devenue une représentation iconique chez les gays.

Extrait de « Arrow »

La question homosexuelle est rarement évoquée de façon aussi centrale dans un disque. Pour être en cohérence avec son propos d’ouverture et d’écoute, Jamie Mc Dermott a donc réuni des musiciens issus d’univers différents. Une sorte d’aventure artistique post moderne profondément inspirée de l’univers de David Lynch. Un twin peaks héroïque au pays de l’homosexualité où il convient surtout de parler d’abord d’amour.

Extrait de « Two men in love »

Mais le nouvel album de « The Irrepressibles » ne se détourne pas de son sujet principal, lutter contre l’homophobie, contre cette idée simplissime que la visibilité gay aujourd’hui a résolu le problème de l’affirmation alors que le nombre de suicides d’adolescents incapables de faire leur coming out augmente toujours.

Extrait de « New world »

L’album « Nude » et au-delà de son acte militant révèle aussi une proposition artistique ambitieuse. Une force baroque dans une pop moderne. L’expression d’un style où c’est le mouvement entre plusieurs époques qui se joue. Un rendez-vous avec l’émotion qui n’a pas de genre.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références
  • Nude (Of Naked Design Records)
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.