Le 5 novembre dernier, sortait le quatrième album du trompettiste Ibrahim Maalouf très inspiré par le cinéma et Miles Davis.

Ibrahim Maalouf poussé par le vent, porté par le souffle de sa trompette a réalisé un très bel album où le jeune musicien d’origine franco-libanaise a pu enfin faire son cinéma. C’est un rêve d’enfant enfin exaucé grâce à une commande de la cinémathèque française qui lui a proposé de participer à la réédition d’œuvres du patrimoine cinématographique. Le choix d’Ibrahim Maalouf s’est porté sur un film de René Clair « La proie du vent » de 1927 dont les thèmes et les paysages imaginaires lui ont tout de suite permis de voir comment il allait pouvoir faire parler sa trompette.

Extrait de « Doubts »

Les doutes, la solitude, l’attente, la sensualité, la schizophrénie, les surprises, on retrouve tous ces thèmes dans cet album qui semble aussi parler de la mécanique intime de création. Cette mécanique dont il a changé les règles en brisant la solitude dans laquelle Ibrahim Maalouf travaillait jusqu’alors. Enregistré à New York en une demi-journée, Ibrahim Maalouf a décidé de confronter sa légendaire trompette orientale à quatre pistons, au classicisme de musiciens de jazz suffisamment ouverts pour risquer l’aventure.

Extrait de « Sensuality »

Ce disque est aussi et surtout un hommage à Mile Davis et à sa musique pour le film de Louis Malle « Ascenseur pour l’échafaud ». Ibrahim Maalouf s’est beaucoup inspiré de ce pouvoir magnétique d’une musique qui tout à coup, fait décoller un film, cette force unique d’un thème qui subitement cristallise toutes les émotions et se substitue même à la parole. Avec « Wind », c’est une porte qui s’ouvre à nouveau sur le souvenir du visage mutique de Jeanne Moreau traversant un Paris de nuit laqué noir et blanc.

Extrait de « Issue »

La poésie musicale d’Ibrahim Maalouf résiste à tous les vents. Avec lui, un vent contraire souffle toujours dans le bon sens.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.