Le deuxième album de la chanteuse guinéenne Sia Tolno s’intitule « My life », témoignage musical d’une vie fracturée par les épreuves et une volonté tenace.

Lorsqu’on lit l’histoire tumultueuse de Sia Tolno, on réalise à quel point la musique possède un pouvoir de résilience extraordinaire, transfigurant le destin d’une survivante, en guerrière féroce mais heureuse qui, dès les premières notes de son disque, invite à la fête…

Extrait de « Blamah Blamah »

Le disque de Sia Tolno ressemble à un cri. D’urgence, de souffrances, de révoltes et de combats pour l’émancipation. Sia Tolno, née en Guinée, est obligée de suivre son père, professeur de Français à Freetown, capitale de la Sierra Leone. Une enfance passée sous le joug d’une autorité paternelle sévère et souvent violente, entraînée dans cet environnement sombre par deux belles-mères expertes, elles aussi, en harcèlement. Sia Tolno plie mais ne rompt pas. Elle découvre que la musique va pouvoir lui donner des armes pour fomenter sa future libération. Dans son disque, elle se souvient encore de ces violences domestiques trop souvent banalisées en Afrique…

Extrait de « Toumah Toumah »

« Je sais ce que c’est d’être une réfugiée » dit Sia Tolno qui a aussi connu les ravages de la guerre pour le contrôle des ressources diamantaires en Sierra Leone. La douleur passe mais les images restent : les enfants obligés de prendre les armes, les femmes asservies, la peur partout, la démocratie bafouée. La colère de Sia Tolno mute en joie. La poétesse a toujours raison et déclare avec ses sœurs de combat, Miriam Makeba et Ella Fitzgerald, que la femme est l’avenir du continent africain. Et tout cela avec des accents de diva disco qui aurait rencontré l’afro beat.

Extrait de « Polli Polli »

Sia Tolno chante « la femme est le pilier de la nation » et déploie toute la beauté de sa voix, pleine de compassion, pour rendre hommage aux racines, à la mémoire, et à l’héritage des ancêtres.

Sia Tolno sera le jeudi 13 octobre en concert à l’Alhambra. Elle y chantera son album » My life ». Cette vie après la survie est bien la plus belle.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.